Le nombre de néonaticides est sous-estimé

Le nombre de néonaticides est sous-estimé

08.12.2010
Selon une étude rétrospective menée par la pédiatre Anne Tursz et l’anthropologue médical Jon Cook, le nombre de néonaticides (dans les premières 24 heures de la vie) serait largement sous-estimé. Les chercheurs dressent également un profil des mères néonaticides dans le but de mieux cibler les femmes vulnérables, en dehors des clichés médiatiques.
  • 1291822137211849_IMG_50271_HR.jpg

LES CHERCHEURS (INSERM 988, CERMES 3) se sont appuyés sur les données judiciaires de 26 tribunaux dans trois régions comportant plus d’un tiers des naissances du territoire français entre 1996 et 2000 : la Bretagne, l’Île-de-France, le Nord-Pas de Calais. Par recoupement avec les statistiques officielles de mortalité, ils ont établi que, sur cette période de cinq ans, les données judiciaires faisaient apparaître 5,4 fois plus de néonaticides que les statistiques officielles, soit 2,1 néonaticides sur 100 000 naissances contre 0,39.

Anne Tursz et son équipe ont également dressé le profil des mères formellement identifiées comme étant à l’origine du décès (dans 9 cas de néonaticides sur 27, la mère n’a jamais été retrouvée), notamment grâce au contenu des expertises psychiatriques et médico-psychologiques. En moyenne âgées de 26 ans, les mères néonaticides vivaient, pour la moitié d’entre elles, avec le père de l’enfant et un tiers avaient au moins trois enfants. Les deux tiers avaient une activité professionnelle (avec une catégorie socioprofessionnelle semblable à celle des femmes de la population générale). Sans avoir de maladies mentales caractérisées, ces femmes « avaient peu confiance, présentaient une certaine immaturité, des carences affectives, une forte dépendance à l’autre, voire une peur extrême de l’abandon ». Si leur discernement n’a jamais été altéré, contrairement aux cas de déni de grossesse (aucun n’a d’ailleurs été constaté), toutes les grossesses ont été cachées à la famille et aux amis et la plupart des femmes ont accouché seule et en secret. Aucune naissance n’a été déclarée à la Sécurité sociale ni suivie médicalement. Autre constatation : la contraception n’était pas utilisée, sans toutefois que cela soit dû à un manque de connaissances, une utilisation irrégulière ou un refus de principe.

Changer la prévention.

La pédiatre Anne Tursz considère qu’« identifier le profil de ces mères permettra de mieux cibler à l’avenir les femmes vulnérables afin de leur proposer des solutions adaptées. Les données recueillies suggèrent que l’action préventive exclusivement tournée vers les jeunes, les pauvres, les femmes seules, sans emploi ou avec un déni de grossesse, comme on le voit dans les médias, n’est pas appropriée ». Les auteurs soulignent enfin l’importance de développer une collecte de données sur les causes de décès des nourrissons au niveau national, de manière prospective et en réalisant des études cas/témoins. Selon eux, une telle approche permettrait de développer une action préventive ciblée, grâce à l’identification scientifiquement solide de facteurs de risque maternels.

lequotidiendumedecin.fr, le 08/12/2010

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
08.12.2010 à 20h19

« Si la communauté républicaine jouait son rôle, notamment par l'école, le développement psycho-affectif des enfants et des adolescents ne laisserait pas de place à ce genre de déviance : les garçons Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pour désengorger les urgences, l'AMUF veut salarier des médecins en centres de santé

amuf

L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a présenté ce mardi ses propositions pour lutter contre l'engorgement des urgences... Commenter

Baclofène : des effets indésirables nombreux mais difficilement imputables au traitement, selon une étude lilloise

BACLOFENE

Les premiers résultats de l'étude Baclophone, menée dans les Hauts-de-France et en Normandie par les médecins du service d'addictologie du... Commenter

« Le médecin est le premier vecteur d'information sur la vaccination, avant Internet », selon Santé publique France

vaccin

Santé publique France (SPF) publie dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (« BEH ») la partie de l'enquête Baromètre santé 2016... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter