Arguments pour le dépistage néonatal de la mucopolysaccharidose de type 1

Arguments pour le dépistage néonatal de la mucopolysaccharidose de type 1

02.12.2010
« Les personnes atteintes de mucopolysaccharidose de type 1 souffrent d’atteintes cardiaques, osseuses et cérébrales, en dépit des traitements. Notre recherche montre qu’avec une intervention précoce, ces pathologies peuvent être presque complètement prévenues » souligne le Dr Patricia Dickson (Torrance, Californie), qui a codirigé cette recherche avec le Dr Matthew Ellinwood (Ames, Iowa).  
  • 1291303952209802_IMG_49715_HR.jpg

    Arguments pour le dépistage néonatal de la mucopolysaccharidose de type 1

LA mucopolysaccharidose de type 1 (MPS 1) est une maladie génétique qui concerne une naissance sur 100 000. Cette maladie de surcharge lysosomale est due à un déficit en alpha-L-iduronidase qui aboutit à l’accumulation anormale de mucopolysaccharides dans les lysosomes des cellules.

Le diagnostic des formes sévères n’est réalisé, en moyenne, qu’à l’âge de 9 mois et demi (3 mois après le début des symptômes). De plus, les traitements actuels par greffe de cellules souches hématopoïétiques ou enzymothérapie substitutive ne peuvent empêcher une maladie résiduelle.

Dierenfeld et coll. ont recherché si un traitement dès la naissance ne pourrait pas empêcher les complications sérieuses de la maladie et prévenir la formation des anticorps visant l’enzyme recombinante.

Ils ont utilisé un modèle canin, très similaire à la maladie humaine. Les chiens ont été traités dès la naissance, pendant 56 à 81 semaines, par administration intraveineuse d’alpha-L-iduronidase, avec ou sans injection intrathécale, en comparant la dose hebdomadaire conventionnelle (0,58 mg/kg) à une dose plus élevée (1,57 mg/kg).

La dose plus élevée de l’enzyme se montre supérieure, permettant de complètement normaliser les réserves lysosomales dans le foie, la rate, les poumons, les reins, la synoviale et le myocarde, ainsi que dans la valve mitrale si difficile à traiter. Les anomalies squelettiques et articulaires sont nettement réduites.

Dans le cerveau, le traitement entraîne une réduction ou une normalisation du taux de mucopolysaccharides. La seule pathologie qui n’est pas améliorée est l’opacification de la cornée. Les chiens n’ont pas développé d’anticorps. Les données histopathologiques montrent la supériorité du traitement combiné intraveineux et intrathécal.

« Science Translational Medicine », 1er décembre 2010.

lequotidiendumedecin.fr, le 02/12/2010

Dr VÉRONIQUE NGUYEN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pour désengorger les urgences, l'AMUF veut salarier des médecins en centres de santé

amuf

L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a présenté ce mardi ses propositions pour lutter contre l'engorgement des urgences... 2

Baclofène : des effets indésirables nombreux mais difficilement imputables au traitement, selon une étude lilloise

BACLOFENE

Les premiers résultats de l'étude Baclophone, menée dans les Hauts-de-France et en Normandie par les médecins du service d'addictologie du... Commenter

« Le médecin est le premier vecteur d'information sur la vaccination, avant Internet », selon Santé publique France

vaccin

Santé publique France (SPF) publie dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (« BEH ») la partie de l'enquête Baromètre santé 2016... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter