Nouveau consensus pour la réanimation cardio-respiratoire

Nouveau consensus pour la réanimation cardio-respiratoire

30.11.2010
Voici, comme tous les 5 ans, la révision des recommandations européennes pour la réanimation cardio-respiratoire (RCR). Sont soulignées l’importance de la compression thoracique et celle de la défibrillation avec défibrillateur automatisé externe.
  • 1291125793208825_IMG_49476_HR.jpg

    Nouveau consensus pour la réanimation cardio-respiratoire

CES recommandations, qui émanent de l’American Heart Association et du European Resuscitation Council ; on peut souligner que la France avait anticipé depuis 2008, avec le message « Appeler le 15, masser, défibriller ».

Les principales modifications des recommandations sont les suivantes :

– importance des compressions thoraciques : les interrompre le moins possible ; rythme d’au moins 100 par minute (maximum 120) ; profondeur d’au moins 5 cm sans aller au-delà de 6 cm ; on ne vérifie plus la présence d’un pouls ; après le choc électrique, on reprend les compressions sans délai ; il est maintenant recommandé de continuer les compressions thoraciques autant que possible lors de la mise en place du défibrillateur automatisé externe (DAE) : pendant que les électrodes sont appliquées sur le thorax, si un deuxième sauveteur est disponible, il continue le massage jusqu’au dernier moment lorsque le défibrillateur ordonne de reculer pour l’analyse ;

– la défibrillation et le DAE : le choc par défibrillation devient prioritaire (les recommandations ne préconisent plus de commencer pendant deux minutes une RCR avant de délivrer le premier choc) ; si un défibrillateur est disponible, il faut l’installer immédiatement (et, pendant l’installation, entreprendre la RCR) ; lui permettre d’analyser et de délivrer le premier choc et reprendre la RCR ;

– la ventilation : elle reste utile dans certains cas (noyés, enfants, arrêt cardiaque de cause respiratoire) mais elle doit interrompre le moins possible les compressions ; deux insufflations en 5 secondes ; le ratio compression/insufflation reste à 30/2 ; si on ne peut pas réaliser les insufflations, faire les compressions seules ;

– reconnaître un arrêt cardiaque : apprendre à identifier les gasps, qui constituent un signe d’arrêt cardiaque.

lequotidiendumedecin.fr, le 30/11/2010

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Plan AVC 2010-2014 : premier bilan positif malgré des disparités territoriales

avc

Mission accomplie. Le plan AVC 2010-2014 s'est traduit par la montée en puissance des unités neurovasculaires (UNV), conformément à l'un de... Commenter

Bigard organise un spectacle de soutien pour la maternité de Guingamp

L'humoriste Jean-Marie Bigard organise un spectacle caritatif le 20 août en soutien à la maternité de Guingamp (Côtes-d'Armor), menacée de... Commenter

Infections nosocomiales : les bactéries multi et hautement résistantes en progression

infections nosocomiales

Depuis mars 2017, un portail de signalement des évènements sanitaires indésirables (signalement-sante.gouv.fr) est accessible aux... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter