Les gros enfants risquent d’avoir mal au coeur

Les gros enfants risquent d’avoir mal au coeur

26.11.2010
Une étude publiée dans le « BMJ » montre que l’indice de masse corporelle (IMC), le tour de taille et la masse grasse totale entre 9 et 12 ans sont associés à des facteurs de risque cardio-vasculaires à 15-16 ans.
  • 1290791239207923_IMG_49291_HR.jpg

    Les gros enfants risquent d’avoir mal au coeur

ON sait qu’ un IMC élevé dans l’enfance ou dans l’adolescence est associé à un risque cardio-vasculaire accru ultérieurement, et que cette association est linéaire. Mais, d’une part, on manque d’études prospectives ; d’autre part, on estime que l’IMC est un mauvais reflet de l’adiposité dans l’enfance. Enfin, on n’a pas exploré le lien entre les différentes mesures de l’adiposité et le risque cardio-vasculaire. D’où l’intérêt d’une nouvelle étude longitudinale dont l’objectif était d’évaluer les associations prospectives entre, d’un côté, IMC, tour de taille et masse grasse dans l’enfance et, de l’autre, risque cardio-vasculaire à l’âge de 15-16 ans.

Ont été inclus 5 235 enfants âgés de 9 à 12 ans. En pratique, on a mesuré l’IMC, le tour de taille et la masse grasse (par absorptiométrie biphotonique) à l’inclusion puis à 15-16 ans.

À 15-16 ans, on évaluait également la tension systolique et diastolique, la glycémie à jeun, l’insulinémie, les triglycérides, le LDL cholestérol et le HDL cholestérol.

Sans entrer dans les détails, l’étude montre que le tour de taille et la mesure directe de la masse grasse dans l’enfance font aussi bien mais pas mieux que l’IMC en ce qui concerne une association à des facteurs de risque cardio-vasculaires dans l’adolescence.

Par ailleurs, les filles dont le surpoids évolue favorablement entre l’enfance et l’adolescence ont à l’adolescence un profil de risque cardio-vasculaire similaire à celui des filles qui n’étaient pas en surpoids. Chez les garçons, les choses sont un peu différentes : ceux qui passent d’un surpoids à un poids normal ont un risque cardio-vasculaire intermédiaire entre celui des garçons qui avaient un poids dans l’enfance et dans l’adolescence et celui des garçons qui avaient un surpoids dans l’enfance et dans l’adolescence.

Debbie Lawlor et coll. « BMJ » en ligne.

lequotidiendumedecin.fr, le 26/11/2010

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
Dr Huez

Médecine du travail : le Dr Huez condamné financièrement pour « résistance abusive »

Le Dr Dominique Huez, médecin du travail engagé dans une bataille judiciaire contre la société Orys, a été condamné le 4 août dernier à verser 1 200 euros de dommages et intérêts et 2 000 euros au titre des frais de procédure... Commenter

Deux cas de chikungunya autochtones dans le Var

Moustique tigre

Même si de nombreux cas importés avaient été observés, la métropole était jusqu’à présent épargnée par les cas autochtones de chikungunya.... Commenter

La rémunération des maisons, pôles et centres de santé approuvée au « Journal officiel »

Maison de santé

Un arrêté des ministres de la Santé et des Comptes publics, Agnès Buzyn et Gérald Darmanin, publié le 5 août au « Journal officiel »,... Commenter

Réforme du deuxième cycle : les carabins de l'ANEMF lancent une concertation nationale

Réunio d'été ANEMF

L’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) a lancé une grande concertation nationale sur le second cycle des... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter