Nouvelle arme contre une douve du foie tropicale

Nouvelle arme contre une douve du foie tropicale

25.11.2010
Jamais entendu parler de l’opisthorchiase ? Rien d’anormal, la parasitose biliaire due à Opisthorchis viverrini est l’une des maladies tropicales dites « négligées ». Moins maintenant, depuis qu’une alternative au seul antiparasitaire existant, le praziquantel, vient d’être identifiée dans une étude menée dans le pays ayant la plus forte prévalence, le Laos.
  • 1290706454207468_IMG_49194_HR.jpg

    Nouvelle arme contre une douve du foie tropicale

LÀ-BAS, la moitié des enfants scolarisés dans le primaire et le secondaire sont infectés et plus de 90 % des adultes. Si le praziquantel est très performant dans l’immédiat, l’existence d’une alternative, telle que la tribendimidine tout aussi efficace sinon davantage, est extrêmement rassurante.

La parasitose est ubiquitaire en Asie du Sud-Est, Laos bien sûr, mais aussi Cambodge, Thaïlande et Vietnam, touchant les populations les plus pauvres. La contamination se fait par l’ingestion de poissons crus, mal cuits ou mal conservés infestés de parasites. Bien que la majorité des contaminations soient asymptomatiques, l’infection peut entraîner des complications telles qu’un ictère, une angiocholite ou un cholangiocarcinome. Pour éviter cette complication incurable, des traitements répétés par praziquantel sont recommandés.

Cinq schémas ont été testés, il s’agissait de traitements minute. La méfloquine et l’association méfloquine-artesunate étaient administrées à la dose recommandée dans le paludisme. Il s’agissait de 25 mg/kg pour le groupe méfloquine, donnée en 1 à 2 prises selon le poids. Pour le groupe méfloquine-artésunate, le traitement comportait une dose unique d’artésunate (1 cp à 100 mg) et un cp à 250 mg par jour de méfloquine pendant trois jours consécutifs. Dans le groupe artésunate, le médicament était donné à une dose de 10 mg/kg en 3 prises espacées de 12 heures. Pour la tribendimidine, il s’agissait d’une dose unique de 200 mg ou de 400 mg pour les plus de 14 ans. La posologie du praziquantel était de 75 mg/kg en 2 doses, identique celle utilisée en pratique courante.

La guérison était définie comme l’absence d’excrétion d’œufs dans les selles 20 ou 21 jours après traitement. En analyse en intention de traiter, 14 patients du groupe praziquantel ont été guéris, aucun des groupes méfloquine et artésunate, un du groupe méfloquine-artésunate et 19 du groupe tribendimidine. Une réduction du nombre d’œufs dans les selles était obtenue dans 98,4 % du groupe praziquantel, 30,2 % du groupe méfloquine, 31,5 % du groupe artésunate, 41,3 % du groupe méfloquine-artésunate et 99,3 % du groupe tribendimidine.

« The Lancet Infectious Diseases », publication en ligne du 25 novembre 2010. DOI:10.1016/S1473-3099(10)70250-4.

lequotidiendumedecin.fr, le 25/11/2010

 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Fin de l'exercice isolé, travailler... jusqu’à 22 heures : ce que Macron attend des médecins

best of Macron

Une réforme aussi attendue valait bien un discours fleuve. Pendant plus d'une heure, Emmanuel Macron a dévoilé ce matin devant le gratin... Commenter

Plan santé : « C'est la bonne réforme, je n'ai pas d'inquiétude », affirme Agnès Buzyn

Agnès Buzyn ministre santé

Emmanuel Macron a dévoilé ce mardi matin le plan de transformation du système de santé, à la ville comme à l’hôpital. Pour « le Quotidien... 27

Obésité : les thérapies comportementales doublent les chances de perdre du poids

obesite

« Offer or refer », proposer ou référer, le message est clair pour les médecins américains : pas d'impasse sur les thérapies comportementale... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter