Le rythme du piano pour retrouver celui de la marche

Le rythme du piano pour retrouver celui de la marche

22.11.2010
L’expérience a été menée en Suisse, avec succès. Elle consistait à redonner davantage d’équilibre à des personnes âgées dans l’objectif de prévenir les chutes.
  • 1290443855206108_IMG_48873_HR.jpg

    Le rythme du piano pour retrouver celui de la marche

L’ORIGINALITÉ de la méthode est de s’appuyer sur une forme de rééducation en musique fondée sur la méthode rythmique de Jaques Dalcroze (compositeur suisse, 1865-1960). Le résultat escompté a été obtenu avec, en six mois, l’obtention d’une démarche plus régulière et plus confiante chez les participants.

Le travail a été mené par Andrea Trombetti (Genève) et coll. auprès de 134 sujets âgés de plus de 65 ans et vivant en résidence. Tous avaient été identifiés comme à risque majoré de chute. Ils ont été séparés en deux groupes. Le premier de 66 personnes bénéficiait du programme pendant 6 mois, tandis que les 68 autres servaient de témoins.

L’intervention thérapeutique consistait en la réalisation d’exercices multitâches rythmés par la musique d’un piano. Le programme était réalisé à raison d’une heure par semaine. Sous la régulation d’un instructeur, il fallait marcher tout en réalisant autre chose, par exemple une manipulation d’objets (instrument à percussion, ballon…). Les exercices devaient suivre le rythme de la musique d’un piano. Il faut se rappeler que le plus souvent les chutes des sujets âgés surviennent alors qu’ils effectuent simultanément autre chose (activité cognitive ou physique) tandis qu’ils marchent.

Les expérimentateurs ont fixé deux ordres d’objectifs à leur travail. Tout d’abord, il s’agissait d’évaluer les modifications de la variabilité du pas au cours des exercices. En effet, cette variation, provoquée par une autre activité au cours de la marche (une discussion, par exemple), est un facteur de chute connu. Le second objectif portait sur l’amélioration de l’équilibre, des performances fonctionnelles et du risque de chute.

À 6 mois donc, les chercheurs ont relevé une diminution de la variabilité de la longueur du pas avec une différence de - 1,4 % par rapport aux témoins. De même, les tests d’équilibre et d’aptitudes fonctionnelles étaient améliorés. Il y a eu, enfin, une réduction du taux de chutes de 54 % et du risque de chutes (risque relatif : 0,61). Au cours du semestre suivant, les participants du premier groupe maintenaient leur bénéfice.

« Arch Intern Med », publication en ligne, doi:10.1001/archinternmed.2010.446.

Quotimed.com, le 22/11/2010

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Médecine en duo : Radio Days dans les Hauts-de-Seine

radio days

La médecine à deux, est-ce mieux ? « Le Quotidien » mène l'enquête du côté des tandems familiaux. Commenter

Vies de médecinDr Pierre Le Franc : la chasse à cœur

le franc

Dans une clinique de Rouen, le Dr Pierre Le Franc s'occupe depuis quinze ans de rythmologie interventionnelle. En Pays normand, le... 1

TémoignageÀ demain

Poignée de main

Quiproquo, réplique équivoque, malentendu, fou rire… Ces médecins ont connu un grand moment de solitude en consultation, face à un patient.... 6

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter