Un médecin condamné pour une prescription en retard sur la science

Un médecin condamné pour une prescription en retard sur la science

22.10.2010
Un généraliste et un pharmacien avaient été condamnés en juin 2009 par la cour d’appel de Montpellier à la suite de l’intoxication subie par un nourrisson de six semaines, qui souffrait d’une rhinopharyngite : le premier avait prescrit de la Catalgine à 0,10 g et le deuxième avait délivré par erreur un dosage à 0,50 g.
  • 1287768897195490_IMG_46631_HR.jpg

    Un médecin condamné pour une prescription en retard sur la science

Le médecin et son assureur avaient déposé un recours devant la Cour de cassation, arguant que la responsabilité était subordonnée à la preuve d’un lien de causalité direct et certain entre une faute et le préjudice et que ce dernier résultait uniquement de l’absence de prise en considération des mentions claires et lisibles de l’ordonnance par le pharmacien.

Mais la Cour de cassation en a jugé autrement, estimant, comme la cour d’appel, que le praticien a « manqué à son obligation contractuelle de moyens ». La décision de la cour d’appel s’appuie sur les constatations de l’expert « selon lesquelles les salicylés, déconseillés en raison de la perturbation de la coagulation sanguine qu’ils entraînent, du fait qu’ils peuvent favoriser des maladies neurologiques graves, voire induire un syndrome de Reye, maladie rare mais très grave, quand ils sont administrés dans un contexte de pathologie virale, ne constituaient plus, depuis plusieurs années au moment des faits, le médicament antithermique de référence et de première intention chez le nourrisson, tandis que d’autres principes actifs, tel le paracétamol, offraient la même efficacité et présentaient moins d’inconvénients ».

Le généraliste faisait valoir que le médecin est libre de ses prescriptions et que la prescription d’une spécialité pharmaceutique régulièrement mise sur le marché selon un dosage et une posologie adaptée à l’état du patient ne constitue pas une faute.

Mais, souligne la Cour de cassation, le principe de liberté de prescription ne trouve « application que dans le respect du droit de toute personne de recevoir les soins les plus conformes aux données acquises de la science et ne lui faisant pas courir de risques disproportionnés par rapport au bénéfice escompté ». Il est également reproché au praticien de n’avoir pas indiqué sur l’ordonnance l’âge et le poids du petit malade.

Quotimed.com, le 22/10/2010

R. C.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 28

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 25

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter