Le tabagisme a progressé de 1,8 % en cinq ans

Le tabagisme a progressé de 1,8 % en cinq ans

18.10.2010
Les femmes fument de plus en plus, surtout chez les 45-64 ans. C’est le baromètre santé de l’INPES (Institut de prévention et d’éducation pour la santé) qui le dit. La ministre de la Santé prône une hausse massive du prix du tabac.
  • 1287564240193240_IMG_46071_HR.jpg

    Le tabagisme a progressé de 1,8 % en cinq ans

LES CHIFFRES de la consommation de tabac sont « mauvais », a souligné Roselyne Bachelot sur RMC, en commentant le baromètre santé de l’INPES (Institut de prévention et d’éducation pour la santé), qui met en évidence une progression du tabagisme de 1,8 % entre 2005 et 2010.

Cette hausse, la ministre l’explique par l’augmentation de la consommation chez les femmes, doublée d’un « effet crise ». « Presque la moitié des chômeurs sont fumeurs et à l’évidence, la crise, l’augmentation du chômage ont eu un effet sur l’augmentation de la consommation du tabac », assure-t-elle, indiquant qu’elle va se rapprocher de Pôle Emploi pour « qu’il y ait une action spécifique » menée auprès des demandeurs d’emploi. Elle demande par ailleurs aux buralistes de respecter l’interdiction formelle de vendre du tabac aux mineurs. « Il y a des dérapages », estime-t-elle en effet.

La hausse est particulièrement nette chez les fumeuses âgées de 45 à 64 ans. Les femmes fument en moyenne 12,6 cigarettes par jour (contre 15,1 pour les hommes) et 70,3 % d’entre elles déclarent avoir déjà arrêté de fumer volontairement pendant au moins une semaine (68,5 % des hommes).

Le tabagisme quotidien a augmenté de façon significative chez les femmes, passant de 23 % à 25,7 % entre 2005 et 2010 quand chez les hommes cette prévalence augmentait « seulement » de 31 à 31,8 % sur la même période. Le tabagisme occasionnel, lui, reste stable, tous sexes confondus.

Pour une hausse massive du prix.

Lors de son intervention, Roselyne Bachelot s’est déclarée « militante de l’augmentation massive du prix du tabac ». Une hausse est justement prévue, de 6 % en moyenne, à compter du 8 novembre. Soit 30 centimes de plus pour les paquets et 40 centimes pour le tabac à rouler. Cette hausse intervient un an presque jour pour jour après la précédente (6 % le 9 novembre 2009). Elle est jugée insuffisante par les antitabac, la plupart estimant que seule une augmentation du prix de 10 % pourrait avoir un effet dissuasif sur la consommation. De fait, la hausse effectuée l’an passé n’a fait reculer la vente de paquets de cigarettes que de 0,2 % entre janvier et août 2010 par rapport à 2009.

Le marché du tabac, lui, a augmenté de plus de 5 % en raison de la hausse des prix, au bénéfice de l’État (les taxes représentent 80 % du prix d’un paquet), des buralistes (qui touchent 8 % sur chaque paquet vendu) et des fabricants.

Quotimed.com, le 18/10/2010

 AUDREY BUSSIÈRE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

400 praticiens salariés, 4000 assistants médicaux, nouvelle carte hospitalière, fin du numerus clausus, ONDAM à 2,5 % : l'essentiel du plan Macron

macron

C'est le paradoxe du plan systémique vendu par l'Élysée sous le slogan inclusif « Ma Santé 2022 ». Cette fois, point de grande loi... 3

Le patron de la CNAM recadre la télémédecine : les publicités « fleurissent » mais on ne va pas tout rembourser

revel

Lors de la clôture de la 24e Université d'été de la CSMF, dimanche 16 septembre, le directeur de l'assurance-maladie Nicolas Revel s'est... Commenter

Arrêt cardiaque : plus l'enfant est jeune, plus les conséquences neurologiques sont généralisées

cardiaque pediatrie

Chez l'adulte, un arrêt cardiaque se traduit par un surrisque de séquelles neurologiques, de troubles de la mémoire, et de déficits moteurs... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter