Georges Mathé, décès d’un pionnier de l’immunothérapie des cancers

Georges Mathé, décès d’un pionnier de l’immunothérapie des cancers

18.10.2010
Georges Mathé, qui est décédé le 15 octobre à l’âge de 88 ans, a joué un rôle important dans la naissance et le développement de l’immunothérapie des cancers mais aussi dans l’organisation de la recherche en France.
  • 1287564044193421_IMG_46285_HR.jpg

    Georges Mathé, décès d’un pionnier de l’immunothérapie des cancers

  • 1287564043193413_IMG_46284_HR.jpg

NÉ LE 9 JUILLET 1922 dans la Nièvre, il fait pendant la guerre partie des Forces françaises de l’intérieur. Interne (médaille d’or) des hôpitaux de Paris en 1947, il va travailler avec Bernard Halpern – il rencontre dans son laboratoire l’immunologiste américain Baruj Benacerraf, futur prix Nobel – puis avec Jean Hamburger et, après un stage aux États-Unis, avec Jean Bernard, au Centre de recherche sur les leucémies et les maladies du sang à l’hôpital Saint-Louis.

Découvrant que le bacille de Calmette et Guérin suscite chez son hôte des réactions apparentées à celles qu’entraînent certaines tumeurs, il fait la première démonstration de ce qu’il appellera l’immunothérapie active, ouvrant le champ de l’immunothérapie des cancers. Travaillant sur les greffes incompatibles de moelle, il réalise les premières chez l’homme, en 1958, chez des physiciens accidentellement irradiés dans une centrale nucléaire de Yougoslavie. Quatre sont sauvés, ce qui aura un retentissement mondial.

En 1961, il fonde à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif l’Institut du cancer et d’immunogénétique, qu’il dirigera jusqu’à son départ en retraite, en 1990. En 1963, il décrit dans le « British Medical Journal » la présence de chimères hématopoïétiques suite à la première greffe de moelle allogénique pratiquée chez un receveur adulte atteint de leucémie prétraité par irradiation corporelle totale supralétale, greffe réalisée par le Pr René Küss – avec ce dernier, il reçoit le prix Medawar 2002, pour leur rôle de pionniers des transplantations.

Gaulliste, il est de 1964 à 1966 conseiller de Raymond Marcellin, alors ministre de la Santé publique, et participe à la création de l’INSERM en 1964. Il contribue aussi à la naissance du Centre international de recherche sur le cancer, à Lyon, et est à l’initiative de l’Organisation européenne de recherche sur le traitement du cancer.

Professeur de cancérologie expérimentale à la faculté de médecine Paris-Sud de 1966 à 1990, chef du service des maladies sanguines et tumorales de Paul-Brousse de 1980 à 1990, Georges Mathé a publié plus de 1 000 articles et de nombreux ouvrages. « C’est un pionnier de la cancérologie française qui vient de disparaître et dont il convient de saluer l’engagement et l’obstination pour soigner et changer l’image du cancer », souligne, entre autres hommages, Nicolas Sarkozy.

Quotimed.com, le 18/10/2010

RENÉE CARTON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Lucie Garcin, nouvelle présidente des internes de l'ISNAR-IMG

Lucie Garcin

L'InterSyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (ISNAR-IMG) change de tête. Lucie Garcin, 25 ans,... Commenter

Le Nutri-score se révèle le logo le plus efficace pour identifier la qualité nutritionnelle des aliments, quel que soit le contexte socio-culturel

Nutri-score

L'échelle Nutri-score, qui se déploie en France depuis novembre 2017 pour aider les consommateurs à discriminer la qualité nutritionnelle... Commenter

Les pharmaciens autorisés à prescrire certains médicaments : feu vert des députés, tollé des médecins !

pharmacien prescripteur

Après la vaccination antigrippale par le pharmacien, seize députés de la majorité présidentielle (LREM) ont remis le couvert.  Lors de la... 124

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter