Pandémie grippale : un rapport accusateur sur la négociation des vaccins

Pandémie grippale : un rapport accusateur sur la négociation des vaccins

15.10.2010
La Cour des comptes, dans un rapport demandé par la Commission des finances de l’Assemblée nationale, souligne « de multiples faiblesses » dans l’achat des vaccins contre la grippe A(H1N1)v et la renégociation des contrats.
  • 1288355581192238_IMG_45850_HR.jpg

    Pandémie grippale : un rapport accusateur sur la négociation des vaccins

LE RAPPORT, présenté jeudi, porte sur « les comptes et la gestion de l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (ÉPRUS) depuis sa création ». L’ÉPRUS a été créé en 2007 et, souligne la Cour des comptes, la pandémie grippale « a constitué pour lui "un baptême du feu" ». Dans les contrats d’achat des vaccins, le rapport critique notamment « l’absence de clauses conditionnelles permettant un ajustement aux incertitudes sur les délais et les quantités », les « exigences imposées par les fournisseurs en matière de prix, de mode de conditionnement ou de clauses d’irresponsabilité » et le « caractère tardif de la dénonciation unilatérale des contrats ».

Au total, avec les 48,5 millions d’euros d’indemnisation des laboratoires, le coût des quelque 44 millions de doses de vaccins livrées atteint près de 365,3 millions hors taxes (382,7 millions TTC). Compte tenu de la très faible proportion de doses utilisées (13,4 % des livraisons) et de la part élevée (un tiers) des vaccins mis en place qui ont été perdus ou devront être détruits, le rapport évalue le coût unitaire de la dose de vaccin employée « à au moins 61 euros HT, pour un prix moyen de la dose livrée de 7,20 euros HT ».

Mais pour la Cour des comptes, l’ÉPRUS n’est pas le grand responsable, les « faiblesses » mises en cause relevant « davantage de la stratégie de négociation définie par la tutelle que des tâches de pure exécution réservées à l’établissement ». « Les nombreuses et substantielles interventions du ministre chargé de la Santé et de son cabinet ont considérablement restreint le champ des responsabilités et les marges de manœuvres dont disposait l’ÉPRUS pour conduire et conclure les négociations dont il était chargé en titre », résume le rapport. Une nouvelle pièce à charge contre Roselyne Bachelot dans le dossier de la gestion de la pandémie grippale.

Quotimed.com, le 15/10/2010

RENÉE CARTON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 4

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter