Concessions du gouvernement sur les retraites : pas d’impact sur la pénibilité

Concessions du gouvernement sur les retraites : pas d’impact sur la pénibilité

07.10.2010
L’exécutif a consenti ce jeudi à quelques concessions sur la réforme des retraites en cours d’examen au Sénat. Certaines mères de trois enfants et les parents de handicapés sont ciblés.
  • 1286552026188870_IMG_45094_HR.jpg

    Concessions du gouvernement sur les retraites : pas d’impact sur la pénibilité

AVEC, EN PERSPECTIVE, un durcissement des positions syndicales et pour répondre à une demande pressante des sénateurs UMP et centristes, l’exécutif a lâché ce jeudi un peu de lest sur la réforme des retraites. Sont concernés les mères de trois enfants et les parents de handicapés. Le gouvernement campe, en revanche, sur le nœud du conflit : sa décision de reporter progressivement l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans et de repousser à 67 ans l’âge de départ en retraite sans décote.

Dans le détail, le premier amendement déposé par le gouvernement permet aux mères de trois enfants et plus, nées entre 1951 et 1955 et qui ont arrêté de travailler, de continuer à bénéficier d’une retraite sans décote à 65 ans. Quelque 130 000 femmes sont concernées. Le deuxième texte maintient à 65 ans l’âge d’annulation de la décote pour les parents d’enfants lourdement handicapés. Ces mesures seront financées à hauteur de 340 millions d’euros (via, entre autres, une hausse de 0,2 % des prélèvements sociaux sur les revenus du capital).

Alors que les premiers gestes d’apaisement de l’exécutif s’étaient attachés à étendre les critères de prise en compte de la pénibilité, il fait le choix, cette fois-ci, d’occuper un autre terrain. Les praticiens hospitaliers en grève des gardes depuis le 1er septembre pour obtenir une meilleure reconnaissance de leur travail de nuit en sont pour leurs frais. Le Syndicat national des anesthésistes-réanimateurs élargi (SNPHAR-E), à l’origine de leur mouvement, a prévenu que la « mobilisation restera intense tant que dureront les débats » du Sénat et d’ores et déjà déposé un préavis de grève des soins pour la journée de grève nationale du 12 octobre.

Oubliés également des concessions du gouvernement : les médecins du travail, qui ne se satisfont pas de la réforme que réserve à leurs services de santé au travail le projet de loi sur les retraites.

Quotimed.com, le 07/10/2010

 KARINE PIGANEAU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La multimorbidité devrait doubler chez les personnes âgées d’ici 2035, en Grande-Bretagne

agees GB

D’après une étude parue dans « Age and Ageing », le journal de la Société britannique de gériatrie, le nombre de personnes âgées souffrant... 1

L'agence du DPC lance un dispositif de signalement pour mieux contrôler la qualité des actions

dpc

Le développement professionnel continu (DPC) est sur de bons rails. Selon l’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC)... 1

Décès brutal d’un interne au CHU de Strasbourg

Abonné
chu strasbourg

Le centre hospitalier universitaire de Strasbourg a confirmé au « Quotidien » le décès d’un interne en médecine générale, survenu mercredi... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter