Concessions du gouvernement sur les retraites : pas d’impact sur la pénibilité

Concessions du gouvernement sur les retraites : pas d’impact sur la pénibilité

07.10.2010
L’exécutif a consenti ce jeudi à quelques concessions sur la réforme des retraites en cours d’examen au Sénat. Certaines mères de trois enfants et les parents de handicapés sont ciblés.
  • 1286552026188870_IMG_45094_HR.jpg

    Concessions du gouvernement sur les retraites : pas d’impact sur la pénibilité

AVEC, EN PERSPECTIVE, un durcissement des positions syndicales et pour répondre à une demande pressante des sénateurs UMP et centristes, l’exécutif a lâché ce jeudi un peu de lest sur la réforme des retraites. Sont concernés les mères de trois enfants et les parents de handicapés. Le gouvernement campe, en revanche, sur le nœud du conflit : sa décision de reporter progressivement l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans et de repousser à 67 ans l’âge de départ en retraite sans décote.

Dans le détail, le premier amendement déposé par le gouvernement permet aux mères de trois enfants et plus, nées entre 1951 et 1955 et qui ont arrêté de travailler, de continuer à bénéficier d’une retraite sans décote à 65 ans. Quelque 130 000 femmes sont concernées. Le deuxième texte maintient à 65 ans l’âge d’annulation de la décote pour les parents d’enfants lourdement handicapés. Ces mesures seront financées à hauteur de 340 millions d’euros (via, entre autres, une hausse de 0,2 % des prélèvements sociaux sur les revenus du capital).

Alors que les premiers gestes d’apaisement de l’exécutif s’étaient attachés à étendre les critères de prise en compte de la pénibilité, il fait le choix, cette fois-ci, d’occuper un autre terrain. Les praticiens hospitaliers en grève des gardes depuis le 1er septembre pour obtenir une meilleure reconnaissance de leur travail de nuit en sont pour leurs frais. Le Syndicat national des anesthésistes-réanimateurs élargi (SNPHAR-E), à l’origine de leur mouvement, a prévenu que la « mobilisation restera intense tant que dureront les débats » du Sénat et d’ores et déjà déposé un préavis de grève des soins pour la journée de grève nationale du 12 octobre.

Oubliés également des concessions du gouvernement : les médecins du travail, qui ne se satisfont pas de la réforme que réserve à leurs services de santé au travail le projet de loi sur les retraites.

Quotimed.com, le 07/10/2010

 KARINE PIGANEAU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
téléconsultation

Téléconsultation en officine : MG France redoute un conflit d'intérêts du pharmacien

À peine signé, déjà critiqué ! L'avenant 15 sur la téléconsultation en officine paraphé le 6 décembre par l'Assurance-maladie et deux syndicats de pharmaciens (FSPF et USPO), dans le cadre de la convention pharmaceutique, n'est pa... 6

Ces polémiques qui ont marqué la santé en 2018 : dernier jour pour donner votre avis !

Ces polémiques qui ont marqué la santé en 2018 : dernier jour pour donner votre avis !-0

L’année qui s’achève a été riche en polémiques de toutes sortes touchant le système de soins. « Le Quotidien du Médecin » a retenu les 18... 5

Cardiologue redevenue médecin généraliste, elle s'installe à 67 ans dans son Béarn natal

Dr Serra

« Vous voyez, je fais tout à l’envers ! » À l’âge où la plupart des médecins songent à raccrocher leur stéthoscope, le Dr Régine Serra Castr... 4

On meurt toujours du tétanos en France, selon Santé publique France

tetanos

Après une chute importante entre 1960 et 2000, le nombre annuel de cas déclarés de tétanos s'est stabilisé en France autour de moins de 10... 3

VIH : les multiples facettes du co-récepteur CCR5

Le scandale des bébés génétiquement modifiés, en Chine, a porté à la lumière un acteur clé de l'infection par le VIH : la protéine CCR5. «... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter