Doutes sur les tests de dépistage des stupéfiants

Doutes sur les tests de dépistage des stupéfiants

22.09.2010
Le Dr Patrick Mura, toxicologue au CHU de Poitiers, doute de la fiabilité de certains dispositifs de dépistage de la consommation de stupéfiants. Comme le test salivaire utilisé par les forces de l’ordre pour détecter la drogue au volant. Une « Question d’actualité » évoquée ce mercredi à l’Académie de pharmacie.
  • 1285276294182641_IMG_43593_HR.jpg

    Doutes sur les tests de dépistage des stupéfiants

QU’ILS SOIENT urinaires ou salivaires, les tests de dépistage des stupéfiants se présentent sous forme de bandelettes et reposent sur l’immunochromatographie et la réaction antigène-anticorps. Pour le cannabis dans les urines, l’anticorps fixé sur la bandelette sera dirigé contre le cannabinoïde présent dans les urines (le dérivé carboxylique du THC). Si le sujet a consommé du cannabis, ce composé se fixera sur l’anticorps présent sur la bandelette et on observera une absence de coloration dans cette zone. Il s’agit d’une lecture inverse (la couleur indique la négativité), ce qui, selon le spécialiste, est une première source d’erreur pour les non-professionnels. Plus grave, pour les tests urinaires comme salivaires : les faux négatifs (les anticorps ne réagissent pas avec l’antigène) et les faux positifs (les anticorps réagissent à un composé présentant des similitudes de structure avec le stupéfiant, comme c’est le cas pour les médicaments contenant de l’acide niflumique et le cannabis).

10 % de faux positifs.

Une étude allemande a ainsi mis en évidence pour le Rapid Stat, le test salivaire utilisé en France depuis 2008 pour le dépistage de la drogue au volant, 2,5 % de faux négatifs et 10,8 % de faux positifs. Une proportion confirmée par une étude de Patrick Mura et coll. présentée à un congrès national de toxicologie et en cours de publication dans les « Annales de toxicologie analytique » : sur 740 dépistages salivaires, 10,1 % se sont révélés faussement positifs. Les travaux de Sarah M.R. Wille et coll., du Service fédéral de justice de Bruxelles ont pour leur part abouti à des proportions de 16 % de faux positifs et 19 % de faux négatifs.

Dans le cas des home-tests, il n’y a même pas la sécurité de la confirmation en laboratoire, comme c’est le cas pour les conducteurs (confirmation du résultat positif par analyse de sang). Le Dr Mura cite le NarcoCheck THC Prédosage, disponible sur Internet et qui pourrait faire son apparition dans les pharmacies françaises. Ce test urinaire, souligne la société qui le commercialise, permet « aux parents de savoir si leurs enfants fument du cannabis et d’établir un réel suivi de leur consommation, en distinguant concentration urinaires faibles, significatives ou fortes ». Pour le toxicologue, une telle affirmation va « contre tout bon sens scientifique », ne serait-ce qu’en raison des variations importantes de diurèse et de concentration des urines.

Le Dr Mura conclut en recommandant de ne pas mettre de dispositifs de dépistage des stupéfiants entre les mains de non-professionnels de la santé sans avoir sollicité l’avis des instances médicales et scientifiques, en l’occurrence celles des académies de pharmacie et de médecine et des sociétés françaises de toxicologie analytique et d’addictologie.

Quotimed.com, le 22/09/2010

RENÉE CARTON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter