Bachelot à Vienne, les nouvelles recommandations françaises

Bachelot à Vienne, les nouvelles recommandations françaises

29.07.2010
  • Roselyne Bachelot à la Conférence de Vienne

    Bachelot à Vienne, les nouvelles recommandations françaises

La ministre de la Santé a fait un passage remarqué à Vienne. C'est là qu'elle a officiellement reçu le rapport d'experts sur la prise en charge des personnes infectées par le VIH des mains de son coordonnateur, le Pr Patrick Yéni. Les recommandations, qui devraient être disponibles à la Documentation française à partir du 15 septembre, rejoignent les normes admises dans les pays du Nord, d'une mise sous traitement beaucoup plus précoce à partir de 500 CD4/mm3 plutôt que 350. Elles encouragent aussi un dépistage élargi à la population générale et renouvelé dans certaines populations cibles et prône de nouvelles formes de prévention intégrant le traitement antirétroviral, non plus dans l'intérêt direct du patient, mais dans celui de son partenaire et celui la population en général.

Le cinquième Plan français de lutte contre le sida devrait être enfin annoncé cet automne. Roselyne Bachelot en a résumé les principales orientations, parmi lesquelles le renforcement et la banalisation du dépistage dans le cadre du système de soins avec les médecins traitants. Le dépistage réalisé par des non-professionnels de santé, « une révolution sociétale », est présenté comme la « mesure phare » du futur plan.

La ministre s'est d'ailleurs rendue sur le stand d'AIDES afin de se faire dépister par un militant, un « geste politique fort », a commenté Bruno Spire, le président de l'association. Dès 2011, au moins 10 centres devraient s'ouvrir en France pour la réalisation de tels dépistages au moyen de tests rapides d'orientation diagnostique, en dehors des situations d'urgence et en dehors du système de soins.

Des centres de santé sexuelle devraient remplacer les centres de dépistage anonyme et gratuit et les CIDDIST. Enfin, la recommandation de l'INSERM en faveur de la mise en place expérimentale de « centres de consommation supervisés » pour les usagers de drogues devrait être prise en compte.

> Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... Commenter

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter