Certificat de non-contre-indication sportive - Les dangers d’un acte « pas anodin »

Certificat de non-contre-indication sportiveLes dangers d’un acte « pas anodin »

16.02.2006
Le tribunal de grande instance de Paris a condamné un généraliste à verser 60 000 euros à une patiente myope qui a perdu un oeil à la suite de séances de boxe américaine. Les juges ont estimé que le médecin avait commis une erreur en ne la prévenant pas des risques auxquels l’exposaient ses troubles visuels dans la pratique d’un sport de combat. Cette décision rappelle que l’établissement d’un certificat, en médecine du sport, n’est pas un acte anodin, comme le souligne le Pr Rochcongar.

ÂGÉE DE 36 ANS, cette patiente, souffrant d’une forte myopie, en particulier de l’oeil gauche, s’était inscrite dans un club de boxe américaine avec un certificat de non-contre-indication que lui avait rédigé son médecin traitant. Ce faisant, elle s’était conformée à la législation en vigueur : loi du 23 mars 1999 (codifiée le 15 juin 2000 dans le code de santé publique), qui dispose que ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pour désengorger les urgences, l'AMUF veut salarier des médecins en centres de santé

amuf

L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) a présenté ce mardi ses propositions pour lutter contre l'engorgement des urgences... 2

Baclofène : des effets indésirables nombreux mais difficilement imputables au traitement, selon une étude lilloise

BACLOFENE

Les premiers résultats de l'étude Baclophone, menée dans les Hauts-de-France et en Normandie par les médecins du service d'addictologie du... Commenter

« Le médecin est le premier vecteur d'information sur la vaccination, avant Internet », selon Santé publique France

vaccin

Santé publique France (SPF) publie dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (« BEH ») la partie de l'enquête Baromètre santé 2016... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter