Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Des androgènes pour traiter la sclérose en plaques

 31/01/2013
  Imprimer  Envoyer par email
 

Bientôt de la testostérone dans la sclérose en plaques (SEP) ? Pas si surprenant quand on connaît la composante hormonale de la maladie, puisque les femmes sont deux fois plus atteintes que les hommes et qu’elles se portent mieux pendant la grossesse.

Une étude en collaboration CNRS/Université de Strasbourg-Inserm/Université Paris-Sud vient de montrer chez des souris aux fibres nerveuses démyélinisées que la testostérone et une molécule analogue de synthèse stimulent la remyélinisation en induisant la régénération des oligodendrocytes, ces cellules responsables de la production de myéline. Ces récents résultats ouvrent plusieurs pistes thérapeutiques mais aussi diagnostiques dans les maladies démyélénisantes.

Testostérone et analogue

L’équipe dirigée par le DR Said Gandhour a d’abord généré un modèle murin de SEP, en ajoutant à la nourriture des rongeurs un médicament qui séquestre le cuivre, la cuprizone. Les souris ont alors présenté une démyélinisation chronique analogue à celle observée au cours de la phase progressive de la SEP.

Les chercheurs leur ont ensuite administré de la testostérone pendant 6 à 9 semaines. « Résultat : leurs fibres nerveuses ont été à nouveau myélinisées et leurs symptômes se sont remarquablement atténués ». L’équipe a observé les mêmes effets avec un analogue de synthèse de la testostérone, le 7-alpha-méthyl-19-nortestostérone (MENT).

Cibler le récepteur aux androgènes

Plusieurs séries d’expériences ont ensuite confirmé et précisé le rôle des androgènes. D’abord, l’équipe a montré que les hormones mâles entraînaient la transformation des cellules souches neurales en oligodendrocytes et favorisaient la synthèse de myéline par les oligodendrocytes. Ensuite, le rôle pivot du récepteur aux androgènes a été confirmé en mettant en évidence que la testostérone n’avait aucun effet sur la myélinisation chez des souris dont le récepteur était muté.

Le récepteur des androgènes pourrait être ainsi une cible intéressante pour traiter des maladies démyélénisantes. Il est envisageable également d’utiliser les taux sanguins de testostérone comme biomarqueurs de la progression de la maladie.

› Dr I.D.

Brain, 1er janvier 2013. Volume 136(1):132-146.

 
Commenter
 

Publier un nouveau commentaire

Vous devez être inscrit pour commenter cet article et réagir à un commentaire.
 
 
Publicité

Fiche pratique PAI

Objectif Installation

Santran - Sans Lien Apparent

Enquête Flash

Ebola : vos patients sont-ils inquiets ?

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Philippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.