Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Le rat sain à qui on a greffé un cœur malade

 02/04/2012
  Imprimer  Envoyer par email
 

Les effets d’un état morbide sur les cardiomyocytes ne sont pas permanents ; la mise au repos du cœur peut faire rétrocéder les anomalies de l’insuffisance cardiaque. Cela est connu et montré depuis 2006, par l’implantation d’une pompe d’assistance ventriculaire. Des chercheurs de l’Imperial College, conduits par Cesare Terraciano, ont étudié une mise au repos total d’un cœur en état d’IVG chez des rats. Il a suffi pour cela de greffer en dérivation à un rat sain un deuxième cœur malade, ce dernier ne battant pas, mais recevant son irrigation sanguine. Au terme d’une période de repos, les chercheurs ont observé des modifications structurelles au niveau cellulaire, conduisant à un rétablissement de la contractilité. Les modifications les plus sensibles s’observent au niveau des tubules, dont le nombre s’accroît. « C’est la première démonstration du remodelage des cellules cardiaques dans l’insuffisance cardiaque », se félicitent les auteurs. « Si nous parvenons à découvrir le mécanisme moléculaire, cela devrait aboutir à de nouvelles stratégies thérapeutiques. »

› Dr BÉ. V.

European Journal of Heart Failure, 1er avril 2012.

 
Commenter
 

Publier un nouveau commentaire

Vous devez être inscrit pour commenter cet article et réagir à un commentaire.
 
 
Publicité

Fiche pratique PAI

Objectif Installation

Santran - Sans Lien Apparent

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

Enquête Flash

Ebola : vos patients sont-ils inquiets ?

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Philippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.