Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Toxoplasmose et grossesse : des souches plus méchantes que d’autres

 13/04/2012
  Imprimer  Envoyer par email
 

Des scientifiques du NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) ont déterminé quelles souches de Toxoplasma gondii sont le plus fortement associées aux naissances prématurées et aux pathologies graves de la naissance et ont développé un test qui permet de la diagnostiquer. Ce qui pourra permettre un diagnostic amélioré de la toxoplasmose chez la femme enceinte. Il existe au moins 15 types de souches de T. gondii dans le monde. En France, là où la recherche a permis d’établir quelles sont les couches les plus courantes, c’est le type II qui est prédominant. Les autres souches sont appelées NE-II (not exclusively II). L’étude réalisée aux États-Unis chez 183 paires de mères-enfants infectés, montre que les parasites NE-II sont plus fréquemment associés à la prématurité et aux pathologies oculaires sévères chez les nourrissons. Les chercheurs soulignent que la discrimination ne concerne que la fréquence, car les formes sévères peuvent être associées à toutes les souches.

› Dr BÉ. V.

R.McLeod et coll., Clinical Infectious Diseases, 12 avril 2012; doi:10.1093/did/cis258.

 
Commenter
 

Publier un nouveau commentaire

Vous devez être inscrit pour commenter cet article et réagir à un commentaire.
 
 
Publicité
 

vignette_dr_greve2.jpg

Publicité

Fiche pratique PAI

cap allergie

Santran - Sans Lien Apparent

Enquête Flash

Participerez-vous à la PDS entre le 24 et le 31 décembre 2015 ?

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Philippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.