Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Les pneumonies bactériennes ont dû jouer un rôle

La sévérité de la grippe de 1918 pas due seulement à la virulence du virus

L’impact médical considérable de la grippe espagnole de 1918 (près de 50 millions de morts) a conduit à émettre l’hypothèse d’une souche particulièrement virulente. Mais une analyse de prélèvements d’autopsie provenant de soldats américains décédés avant ou pendant la pandémie révèle plusieurs analogies avec les pandémies suivantes et, en particulier, une distribution cellulaire des antigènes viraux remarquablement similaire à celle observée lors de la pandémie de 2009 à H1N1. Le lourd tribut humain de la pandémie la plus mortelle de l’histoire ne semble donc pas devoir être mis uniquement sur le compte d’un facteur de virulence virale.

DE NOTRE CORRESPONDANT LES CHERCHEURS américains ont analysé les données virologiques de 68 cas, à partir du registre National Tissue Repository of the Armed Forces Institute of Pathology, recueillies quatre mois avant la pandémie et durant les deux mois (septembre et octobre 1918) où la grippe a culminé. Des renseignements médicaux étaient disponibles pour 59 de ces cas (87 %). Neuf des décès survenus (…)

Abonnés | 21/09/2011  (684 mots)

Accès immédiat

L'article 1,35 €/appel + 0,34 € min. paiement audiotel >>
Composez le 08 99 65 95 74 sur votre téléphone
Pack 20 articles 15€ >>
 
 
Les Commentaires | 1 commentaires
 

Vous devez être abonné pour commenter cet article et consulter les commentaires.

 
 

Dossiers

Publicité
 
Publicité

Fiche pratique PAI

cap allergie

Santran - Sans Lien Apparent

Enquête Flash

Les syndicats peuvent-ils s'entendre contre la loi de santé ?

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Philippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.