Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Sida : une couverture élevée en ARV protège du VIH

 09/03/2012
  Imprimer  Envoyer par email
 
Des résultats présentés à la CROI (Conference on retroviruses and opportinistic infections) démontrent pour la première fois l’impact positif des antirétroviraux sur l’incidence du VIH dans une communauté, en l’occurence une région rurale du KwaZulu-Natal.

« CES RÉSULTATS sont extrêmement importants. L’ONUSIDA encourage l’ensemble des pays et des communautés à atteindre une couverture élevée des traitements antirétroviraux, à la fois pour le bien des personnes vivant avec le VIH et pour celui des communautés dans lesquelles vivent ces personnes », s’est réjoui Paul De Lay, directeur exécutif adjoint du Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (ONUSIDA). L’étude réalisée par le Centre des études démographiques et sanitaires apporte de nouvelles preuves en faveur de l’effet positif des traitements antirétroviraux sur la prévention des nouvelles infections à VIH. Elles confirment les résultats de l’étude HPTN052 menés chez des couples sérodifférents pour la plupart hétérosexuels qui montrait qu’un traitement précoce réduisait de 96 % le risque de transmettre le virus au partenaire non infecté.

Réduction de l’incidence.

Cette fois les résultats ont été obtenus à partir des données de surveillance du VIH recueillies depuis 2003 dans une région rurale du KwaZulu-Natal en Afrique du Sud. Ils montrent que dans les régions où la mise en place des traitements antirétroviraux est importante (supérieure à 30 %), la probabilité pour les personnes non infectées par le VIH de contracter le virus est inférieure de 38 % par rapport aux régions où ces traitements sont moins répandus (moins de 10 %).

Dans la région étudiée, 20 000 personnes vivant avec le VIH avaient accès à un traitement antirétroviral depuis 2004 dans le cadre de soins de santé primaires dispensés par le secteur public. Plus de 16 500 personnes séronégatives vivant dans la région étudiée ont été suivies de 2004 à 2011. Sur la période de l’étude, 1 413 personnes ont été infectées par le VIH, soit un taux d’incidence de 2,6 %.

Ces dernières années, l’Afrique du Sud a élargi les critères d’accès aux traitements antirétroviraux, en permettant aux personnes vivant avec le VIH et dont le taux de CD4 est inférieur à 350 de débuter un traitement antirétroviral, conformément aux recommandations émises en 2010 par l’Organisation mondiale de la santé. « Ces résultats montrent clairement que l’incidence du VIH diminue du fait d’une couverture élevée des traitements antirétroviraux », a déclaré Frank Tanser du Centre des études démographiques et sanitaires en Afrique, à l’Université du KwaZulu-Natal (Afrique du Sud). « C’est la première fois que nous pouvons montrer de tels résultats dans une population. Il s’agit d’une découverte importante qui contribuera à orienter la riposte au sida », a-t-il conclu.

› Dr LYDIA ARCHIMÈDE

 
Commenter
 

Publier un nouveau commentaire

Vous devez être inscrit pour commenter cet article et réagir à un commentaire.
 
 
Publicité
 
Publicité

Fiche pratique PAI

Objectif Installation

Santran - Sans Lien Apparent

Enquête Flash

Ebola : vos patients sont-ils inquiets ?

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Philippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.