Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Pas d’anomalies congénitales chez les enfants de survivants du cancer

 19/12/2011
  Imprimer  Envoyer par email
 
Une grande étude rétrospective des enfants de personnes survivantes après un cancer et ayant été traitées par radiothérapie et/ou agent alkylant, montre qu’il n’y a pas d’accroissement du risque d’anomalies congénitales dans la descendance, comparativement à des enfants de survivants de cancer n’ayant pas reçu de tels traitements.

Les patients qui souffrent d’un cancer reçoivent souvent des traitements agressifs, par radiothérapie et chimiothérapie, qui peuvent affecter leur aptitude à la procréation. Chez les filles, les irradiations pelviennes, avec les dommages à l’utérus qui en résultent, ont été associées à un risque de fausses couches et d’accouchements prématurés ; les effets sur les ovaires peuvent être source d’infertilité. La radiothérapie et les agents antimitotiques alkylants sont à même d’endommager l’ADN.

Lisa Signorello et coll. (Rockville, États-Unis) ont utilisé des données de la « Childhood Cancer Survivor Study », une étude rétrospective comprenant plus de 20 000 enfants de survivants de cancers diagnostiqués entre 1970 et 1986. L’examen a porté sur 4 699 enfants. Ils sont nés de 1 128 hommes et 1 627 femmes survivantes du cancer. Chez ces parents, 63 % avaient été traités par radiothérapie ; par ailleurs, 44 % des hommes et 50 % des femmes avaient reçu des agents alkylants. Dans ce groupe d’enfants, il y a 2,7 % d’enfants présentant une anomalie congénitale : syndrome de Down, achondroplasie ou fente labiale. Les observateurs trouvent que 3 % d’enfants de mères exposées aux radiations ou traitées par un agent alkylant présentent un défaut à la naissance, comparativement à 3,5 % des enfants de survivants de cancer qui n’ont pas été exposés à ces thérapeutiques.

Il y a 1,9 % des enfants d’hommes ayant eu ces traitements qui ont présenté des anomalies congénitales, comparativement à 1,7 % d’enfant nés de pères n’ayant pas eu ces irradiations ou ce type de chimiothérapie. D’où la conclusion qu’il n’y a pas d’excès de risque de défauts congénitaux. Les auteurs indiquent que la force de leur étude tient à la comparaison avec des enfants nés de parents traités pour cancer avec d’autres types de traitement, tous ayant été surveillés de la même façon, et non avec les chiffres de la population générale, ce qui peut entraîner une surreprésentation des anomalies si la population des enfants de survivants de cancer est davantage surveillée.

› Dr BÉATRICE VUAILLE

« Journal of Clinical Oncology », 13 décembre 2011.

 
Commenter
 

Publier un nouveau commentaire

Vous devez être inscrit pour commenter cet article et réagir à un commentaire.
 
 
Publicité
 
Publicité

bloc_bledina_accueil-v2.png

bloc_accueil-v6.png

Objectif Installation

Histoire courte


Publicité

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

Enquête Flash

ROSP : êtes-vous satisfait(e) de la prime 2013 ?

eFMC

InsulinothÉrapie
du diabÈte de type 2
Par le Pr Denis RACCAH

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
Publicité
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.