Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

L’ex-directeur de Sciences Po a succombé à une crise cardiaque

 31/05/2012
  Imprimer  Envoyer par email
 

Deux mois après le décès de Richard Descoings à New York, le médecin légiste de la ville a annoncé hier que l’ex-directeur de Sciences Po était mort d’une crise cardiaque. « Nous sommes arrivés à une conclusion sur les raisons de sa mort, il est mort de causes naturelles, d’une crise cardiaque », a indiqué la porte-parole du médecin légiste Ellen Borakove. Sur le certificat de décès de Richard Descoings, ses services ont précisé « maladie cardiaque d’hypertension », a-t-elle ajouté.

Richard Descoings, 53 ans, avait été retrouvé mort le 3 avril dans une chambre d’hôtel à New York, où il était descendu pour assister à un symposium d’universitaires. Une première autopsie immédiatement après son décès n’avait pas été jugée concluante et les services du médecin légiste de New York avaient annoncé qu’ils allaient procéder à des examens toxicologiques et de tissus. Ils avaient d’abord affirmé que les résultats de ces examens seraient connus à la mi-avril, puis début mai. Ellen Borakove a estimé que le délai n’était « pas inhabituel », car certains tests pouvaient notamment conduire à en recommencer d’autres. La question de la succession de M. Descoings à la tête de Sciences Po n’est pas encore réglée.

› S. H.

 
Commenter
 

Publier un nouveau commentaire

Vous devez être inscrit pour commenter cet article et réagir à un commentaire.
 
 
Publicité
 

Flash info

Publicité

cap allergies

Objectif Installation

Histoire courte


Publicité

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

Enquête Flash

En vacances, parvenez-vous à échapper aux sollicitations médicales ?

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Phlippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
Publicité
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.