L’éducation thérapeutique du patient (ETP) - Bien gérer vos consultations aujourd'hui

L’éducation thérapeutique du patient (ETP)

25.11.2016

État des lieux

L’éducation thérapeutique du patient (ETP), aujourd’hui proposée dans de nombreuses pathologies chroniques, se fonde sur la capacité du malade à prendre lui-même en charge sa pathologie ; une approche qui tend à se développer pour faire du patient le principal acteur de la préservation de sa santé.

Pourquoi proposer une éducation thérapeutique ?

L’éducation thérapeutique s’entend comme « un processus de renforcement des capacités du malade et/ou de son entourage à prendre en charge l’affection qui le touche, sur la base d’actions intégrées au projet de soins » (1). « Les premières expériences innovantes en ETP datent des années sida dans les années 1980, nous explique le Pr Catherine Tourette-Turgis. Elles ont montré qu’un partage de savoirs entre soignants et soignés était possible et bénéfique pour la prise en charge de la maladie. » Le but de l’éducation thérapeutique pour une maladie donnée est d’en limiter la progression et d’éviter la survenue de complications (2). L’ETP a prouvé qu’elle participait à l’amélioration de la santé du patient, à l’amélioration de sa qualité de vie et aussi à celle de ses proches (3, 4).
 

En pratique : comment la proposer ?

À qui ?
La Haute Autorité de santé (HAS) recommande de proposer une éducation thérapeutique initiale au patient « à un moment proche de l’annonce du diagnostic de sa maladie chronique ou à tout autre moment de l’évolution, si la proposition ne lui a pas été faite antérieurement ou s’il l’a refusée » (5). Elle peut aussi être proposée aux proches du patient. « Il faut également l’envisager lors d’événements critiques de l’évolution de la maladie, en cas d’échec thérapeutique, mais encore pour toutes les situations nouvelles qui nécessitent l’apprentissage de techniques particulières, comme la mise en place de l’autosondage ou un passage en fauteuil roulant dans la sclérose en plaques. »

Pour quelles maladies ?
« L’éducation thérapeutique peut être proposée à tout patient dès lors que l’on estime qu’il en a besoin. » Les principales pathologies pour lesquelles elle est reconnue et pratiquée couramment en France sont, dans l’ordre : le diabète, l’asthme, le VIH, la BPCO, les maladies cardio-vasculaires, l’obésité, les maladies rhumatologiques et, plus récemment, le cancer (l’ETP vient d’être introduite dans le Plan cancer 2014-2019). « Chaque pathologie chronique nécessite presque son propre référentiel de compétences, précise C. Tourette-Turgis. Dans une pathologie comme le sida, par exemple, il va être utile d’apporter au patient des compétences propres en communication (savoir annoncer sa séropositivité à son/sa partenaire), pour d’autres maladies des notions juridiques seront indispensables (savoir s’il faut ou non informer son employeur). »

Évaluer les besoins spécifiques de chaque patient
Le diagnostic éducatif peut être réalisé par un médecin en ville lors d’une consultation pour laquelle une rémunération spécifique à l’acte est prévue. Cette consultation a pour but d’identifier les connaissances du patient sur sa maladie, la perception qu’il en a, sa manière de réagir à la situation, son environnement social, ses conditions de travail et de déterminer ses attentes afin de favoriser sa motivation et la soutenir (4). « L’ETP est généralement très bien acceptée par le patient si elle rencontre ses intérêts propres dans sa vie quotidienne, d’où l’importance de prendre le temps d’évaluer ses besoins prioritaires », souligne C. Tourette-Turgis. La HAS recommande enfin de réévaluer les acquis du patient régulièrement au cours de la maladie, les changements qu’il a mis en œuvre dans son quotidien, ce qu’il lui reste à acquérir et, en fonction, de lui proposer une nouvelle offre d’ETP (4).

Le choix des intervenants
L’ETP pourra être effectuée par toute personne formée, « c’est-à-dire ayant validé une formation de 42 heures en ETP ». Pourront être proposées au patient, en fonction des ressources locales, des séances collectives ou individuelles, ou une alternance des deux types de séances. C. Tourette-Turgis insiste cependant sur la nécessité de faire participer le patient à des séances de groupe, « pour bénéficier de l’échange d’expériences entre patients ».

 

De nouvelles approches

« Avec quelque 17 millions de malades chronique en France, nous ne comptons pas suffisamment d’acteurs dans le domaine de l’ETP par rapport aux besoins », déplore C. Tourette-Turgis. C’est la raison pour laquelle des expérimentations se mettent en place actuellement, telle l’Université des patients : « Nous savons que le malade chronique a lui-même accumulé bon nombre de savoirs sur sa pathologie. L’objectif de l’Université est de former des patients experts qui pourront ensuite aller transmettre leur savoir à d’autres. » (6) 

Dr Patricia Martel, avec la collaboration du Pr Catherine Tourette-Turgis, professeur d’ETP à la faculté de médecine Pierre-et-Marie-Curie (Paris), responsable du DU et du master ETP, et fondatrice de l’Université des patients.

À retenir

L’éducation thérapeutique (ETP), en apportant au patient des compétences nécessaires à la bonne gestion de sa maladie, contribue à améliorer l’état de santé du patient. L’offre d’ETP doit être personnalisée et réévaluée régulièrement tout au long de l’évolution de la maladie.

REFERENCES

(1)   Pour une politique nationale d’éducation thérapeutique du patient. Rapport Bertrand-Charbonnel-Saout. Septembre 2008. http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_therapeutique_du_patient.pdf
(2)   Ordre national des médecins. L’éducation thérapeutique. Rapport du Dr Pierre Hecquard. Avril 2009.
https://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/educationtherapeutique.pdf
(3)   Lagger G, Pataky Z, Golay A. Efficacité de l’éducation thérapeutique. Revue médicale suisse 2009 ; 196 : 688-90.
(4)   Haute Autorité de santé. Éducation thérapeutique du patient. Comment la proposer et la réaliser ? Recommandations HAS. Juin 2007.
 http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/etp_-_comment_la_proposer_et_la_realiser_-_recommandations_juin_2007.pdf
(5)   Haute Autorité de santé. Éducation thérapeutique du patient. Définition, finalités et organisation. Recommandations HAS. Juin 2007.
http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/etp_-_definition_finalites_-_recommandations_juin_2007.pdf
(6)   Tourette-Turgis C. L’Éducation thérapeutique du patient. La maladie comme occasion d’apprentissage. De Boeck, Paris, 2015.

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter