Les apports en viandes, œufs et poissons - L'alimentation de l'enfant de 0 à 3 ans

Les apports en viandes, œufs et poissons

10.12.2015

État des lieux

Nous entrons dans le 6e mois. Un mois après les légumes et 15 jours après les fruits, voici la viande, l’œuf et le poisson. D’abord, à raison de 10 g (2 cuillerées à café par jour) jusqu’à un an. Puis, 20 g par jour. Au-delà, on passe à 20 g/j (4 cuillerées à café/j) et on a recours aux épices et aromates pour éviter la monotonie et faire découvrir à l’enfant de nouvelles saveurs.

Sommaire

I. A partir du 6e mois
• Viande
• Poisson
• Oeuf
II. A partir d'un an
III. Evolution progressive des textures
 
 

I. A partir du 6e mois

C’est vers le 6e mois, une quinzaine de jours après l’introduction des fruits et un mois après celle des légumes, que commence l’introduction des protéines autres que lactées, le plus souvent lors du repas de midi : viande, œuf et poisson en alternance, mixés, à raison de 10 g (soit deux cuillerées à café) par jour maximum jusqu’à l’âge de un an. Ce peut aussi être un petit pot de 130 g de légume-viande ou légume-poisson. 

• Viande
Toutes les viandes peuvent être utilisées, rouges ou blanches, en préférant les morceaux maigres et en évitant les abats et la charcuterie, à l’exception du jambon blanc découenné (sans excès car il contient des additifs et des conservateurs).

La viande, fraiche ou surgelée mais pas panée, doit être bien cuite, sans ajout de matières grasses ni de sel : à la poêle (ne pas utiliser de poêle avec un revêtement de type Teflon), vapeur ou bouillie.

• Poisson
Deux fois par semaine, en proposant une fois un poisson maigre (merlan, cabillaud, sole, daurade) et une fois un poisson gras (saumon, maquereau, sardine, hareng). Les poissons bio-accumulateurs de PCB (anguille, barbeau, brème, carpe, silure) et de méthyl-mercure (espadon, marlin, siki, requin, lamproie) doivent être évités. Comme pour la viande, on peut faire appel à des poissons frais ou surgelés, mais ni panés ni cuisinés (sauce...) en préférant les filets et en vérifiant l’absence d’arêtes.

Il est également possible de proposer des moules et des crevettes. 

• Oeuf
Un quart d’œuf dur avec jaune et blanc écrasés.

II. A partir d'un an

À partir d’un an, la quantité de viande-œuf-poisson passe à 20 g par jour, soit 4 cuillerées à café de viande ou de poisson mixé ou un demi-œuf dur (blanc et jaune) (ou un petit pot de 200 g de légume-viande ou légume-poisson).
Les abats et les crustacés, cuits ou crus, peuvent être introduits.
Les modalités de préparation doivent être variées afin d’éviter la monotonie. Il est facile de faire appel aux aromates (cumin, curry, curcuma... en évitant le poivre et le piment) et aux herbes aromatiques (ciboulette, estragon, persil, laurier, romarin...) afin de faire découvrir à l’enfant de nouvelles saveurs. Oignon, ail et échalote peuvent aussi être utilisés lors de la cuisson pour varier les goûts.
Le poisson doit être consommé 2 fois par semaine, en mixant poisson gras (saumon, maquereau, sardines,..)  et du poisson maigre (sole, cabillaud, merlan..  ) . eviter les poisson contenant potentiellement des PCB ou du mercure (siki, espadon, requin , lamproie, anguille.. ) 

III. Evolution progressive des textures

Il est important de faire évoluer les textures des aliments : très lisse lors du début de la diversification, plus grumeleuse vers 9 mois, puis, rapidement, avant un an, proposer des petits morceaux de viande tendre, d’œuf ou de poisson. Ces petits morceaux doivent être posés à part dans l’assiette afin que l’enfant puisse les attraper avec ses doigts et les porter lui-même en bouche. Il ne pourra bien sûr pas les mâcher, mais pourra les écraser sur ses gencives. 

Dr Isabelle Hoppenot

À retenir

• À partir du 6e mois : 2 cuillerées à café de viande ou  poisson ou œuf une fois par jour
• À partir de 1 an : 4 cuillerées à café par jour de viande ou poisson ou œuf une fois par jour ; aromates et épices
• Faire évoluer les textures : très lisse, puis grumeleuse, puis petits morceaux.

REFERENCES

Bocquet A. Diversification alimentaire. In O. Goulet, M. Vidailhet, D. Turck (éd.), Alimentation de l’enfant en situations normale et pathologique. 2e édition, Doin éditeurs, Paris, 2012 : 175-91.

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter