Le rôle des oligo-éléments dans la défense immunitaire - Les défis de la nutrition

Le rôle des oligo-éléments dans la défense immunitaire

14.07.2015
©Fotolia
Les oligo-éléments, qui appartiennent à la classe des micronutriments, sont des éléments minéraux indispensables, en très petite quantité, à de nombreuses fonctions de l’organisme. Ils agissent notamment en tant que cofacteurs enzymatiques. Certains sont particulièrement impliqués dans l’immunité tels que le zinc, le sélénium, le fer ou encore le cuivre.

Le zinc est le cofacteur de nombreuses réactions enzymatiques impliquées dans la fonction immunitaire. Il joue un rôle de régulateur de l’immunité humorale et cellulaire : il optimise la réponse immunitaire de défense, notamment par le biais de la synthèse d’interféron gamma, et participe à la synthèse de la thymuline nécessaire à la maturation des lymphocytes. Il participe également à l’intégrité de la barrière cutanée et muqueuse.
L’organisation mondiale de la santé recommande le zinc dans la prévention et le traitement de la diarrhée chez l’enfant (2) et souligne que le zinc, en association avec d’autres oligo-éléments, pourrait réduire le risque d’infections respiratoires basses (3).  
Comme tous les oligo-éléments, le zinc est bénéfique en petites quantités (10 à 15 mg/jour), mais un excès de zinc peut avoir des effets délétères, comme une réduction du chimiotactisme des phagocytes.

Le sélénium est un autre oligo-élément impliqué dans la défense immunitaire, par son effet anti-oxydant. Il agit notamment en activant la glutathion-peroxydase et participe à l’épuration des EROs (espèces réactives d’oxygène), ce qui réduit l’inflammation de bas grade et protège les cellules phagocytaires. 

Le fer contribue à l’optimisation du système immunitaire, mais son mode d’action est moins bien défini. La carence en fer est associée à une réduction de la capacité de phagocytose et de l’activité des lymphocytes B et T. En revanche, un excès de fer favorise le développement bactérien.

Le cuivre est un oligo-élément indispensable à de nombreuses enzymes et intervient dans le processus d’assimilation du calcium. Il joue également un rôle dans la réponse lymphocytaire aux antigènes.

Le zinc, le sélénium, le fer et le cuivre bénéficient d’une allégation de l’EFSA (European food safety authority), qui reconnait « une relation de cause à effet entre l’apport de zinc et la fonction immunitaire normale » (1). 
 
En pratique, l’apport en différents oligo-éléments fait partie intégrante d’une alimentation équilibrée et diversifiée, qui répond également aux besoins en vitamines et en énergie.

Docteur Isabelle Hoppenot
D’après un entretien avec le Professeur Jean-Louis Schlienger, médecin  nutritionniste, Strasbourg.

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter