Informatique en maison de santé pluridisciplinaire : le b.a.-ba - Dr Connect

Informatique en maison de santé pluridisciplinaire : le b.a.-ba

10.03.2015

Sur le même sujet

L’informatisation des maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) bute régulièrement sur LA question de fond : faut-il mettre en œuvre, d’emblée, un système d’information commun à l’ensemble des professionnels de santé, obligeant ceux qui ont déjà fait l’effort de se doter d’un outil à devoir l’abandonner ? Un état des lieux réalisé en Franche-Comté(1) comptabilisait un « catalogue » de 28 logiciels métiers pour 73 répondants de 14 professions, dont pas moins de 10 logiciels de gestion de cabinet différents pour les seuls 37 médecins généralistes ! Or, un système d’information partagé constitue une priorité pour instaurer des modes d’exercice coopératifs et assurer une réelle coordination des prises en charge. Il contribue largement à la réussite du projet médical en soutenant l’organisation et la mutualisation des ressources. Pourtant, l’observatoire de la DGOS (Direction générale de l’offre de soins) indiquait en mars dernier(2) que, si 50 % des maisons de santé déjà opérationnelles envisageaient bien de mettre en œuvre un système d’information partagé, seules 6 % l’avaient déjà réalisé.

Cahier des charges, labellisation

Afin d’identifier les fonctionnalités nécessaires aux solutions logicielles utilisées en MSP, l’ASIP Santé a été chargée de conduire une étude, qui s’est traduite par l’élaboration d’un cahier des charges et qui a ensuite débouché sur une labellisation, gage de qualité et de respect du cadre fonctionnel défini. Huit éditeurs offrent maintenant des logiciels labellisés. L’étude a permis de décrire deux modèles de système d’information : intégré et distribué. Le premier repose implicitement sur une solution commune à l’ensemble des professionnels de la maison de santé, sachant, comme le précise l’ASIP Santé, que « l’hébergement externe de ce type de système d’information auprès de prestataires disposant d’un agrément à l’hébergement de données de santé à caractère personnel facilite sa mise en œuvre en dégageant l’organisation des contraintes d’exploitation et de fonctionnement ». Le modèle distribué correspond plutôt à l’organisation en pôle de santé, qui peut alors s’appuyer sur les logiciels que chaque acteur a mis en œuvre pour son activité propre, sans nécessiter de remise en cause particulière, « dès lors, demande l’ASIP Santé, qu’ils satisfont à la DMP compatibilité, support du partage d’informations médicales ».

L’étude de l’ASIP Santé souligne également quels sont les documents médicaux spécifiques aux MSP et qui doivent donc prendre forme dans leurs solutions logicielles. Il s’agit de la vue de synthèse, qui permet de prendre en compte rapidement l’état du patient, et de la fiche de suivi par pathologie, élaborée à partir des protocoles développés sous l’égide de la Haute Autorité de santé (HAS). Le système d’information de la MSP doit également savoir gérer le recueil du consentement du patient au partage de ses données et son application à l’ensemble des professionnels de santé de la structure.

 
Dominique Lehalle
 

À retenir

- Des ressources informatiques mutualisées
- 2 modèles de système d’information : intégré et distribué
- Des documents médicaux spécifiques aux MSP

REFERENCES

  • La liste des logiciels labellisés « e-santé Logiciel Maisons et Centres de santé » http://esante.gouv.fr/services/labellisation
  • 1 Enquête auprès des centres et maisons de santé, FéMaSac, Fédération des maisons de santé comtoises, septembre 2012, www.femasac.fr
  • 2 Lors des 3es Journées nationales de la Fédération française des maisons et pôles de santé, 21-22 mars 2014 ; réponses de 251 MSP sur 436.

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter