La prise en charge diététique des coliques du nourrisson - L'alimentation de l'enfant de 0 à 3 ans

La prise en charge diététique des coliques du nourrisson

22.01.2015

État des lieux

Les coliques du nourrisson, définies par des accès de pleurs prolongés et d’agitation avec parfois émission de gaz, chez un bébé par ailleurs en bonne santé, concernent environ 20 % des nourrissons de moins de 5 mois. Ces troubles touchent les enfants nourris au sein comme au biberon. Leur répétition est une source d’inquiétude et d’exaspération des parents.

Les coliques selon les critères de Rome*

* Hyman PE et al. Gastroenterology 2006 ; 130 : 1519-26.

 

Chapitre 1 : Plusieurs mécanismes intriqués

Il importe avant tout d’éliminer, par un interrogatoire minutieux et par un examen clinique, toute étiologie organique (reflux gastro-œsophagien, constipation, otite…) pouvant être à l’origine des symptômes.

Bénin
Les coliques restent mal expliquées. Elles découleraient de plusieurs facteurs pouvant être intriqués, mais il est important d’informer et surtout de rassurer les parents sur le caractère bénin de ces épisodes. Le risque, sinon, est d’engendrer une multiplication des consultations, de tentatives thérapeutiques diverses et de changements répétés de lait.

Quels mécanismes ?

Les coliques pourraient en partie être la conséquence de perturbations autoentretenues de la relation parent-enfant : les pleurs inexpliqués stressent les parents qui, en retour, stressent le bébé. Un cercle vicieux s’instaure. 

Autres explications avancées : des facteurs digestifs, avec immaturité gastro-intestinale, troubles de la motricité et/ou accumulation de gaz intestinaux liée à la déglutition d’air et/ou la fermentation d’hydrates de carbone non digérés. Enfin, des facteurs alimentaires peuvent également être incriminés : faible tolérance ou intolérance au lactose, parfois allergie aux protéines du lait de vache.

Chapitre 2 : En pratique

Des mesures simples comme un environnement calme, la prise dans les bras, la promenade, une prise pas trop rapide des biberons et le rappel des gestes facilitant les rots sont toujours préconisées. 

Certaines erreurs alimentaires doivent être corrigées comme l’excès d’apport en amidon ou en caroube. Le recours à des tisanes, en particulier à base de fenouil, ou à de l’eau sucrée peut être efficace. L’administration de certains probiotiques semble également avoir un impact bénéfique chez les bébés nourris au sein.

Intolérance au lactose

Lorsque les premières mesures simples ne suffisent pas, une intolérance –ou un seuil bas de tolérance – au lactose est évoquée. Il est alors conseillé de faire appel à une préparation pour nourrisson sans lactose ou à un lait fermenté et pauvre en lactose. 

Si les crises de pleurs disparaissent, il est licite de tenter de réintroduire le lactose en recourant à une préparation pour nourrisson pauvre en lactose pour tester la tolérance du nourrisson.

Pleurs persistants

Si les crises de pleurs persistent, une intolérance aux protéines du lait de vache, bien que peu fréquente, peut être en cause. Une épreuve d’éviction des protéines du lait de vache est alors envisagée, en utilisant un hydrolysat poussé de protéines ou, chez l’enfant allaité au sein, en demandant à la mère de ne plus consommer de lait et de ses dérivés.


Graphique

 

Dr Isabelle Hoppenot

À retenir

Les coliques du nourrisson sont fréquentes, bénignes et transitoires, mais elles peuvent entraîner une détresse et des tensions émotionnelles parentales. 

Trois types de mécanismes sont avancés pour expliquer ces troubles qui touchent les enfants nourris au sein comme au biberon : perturbation de la relation mère-enfant, troubles de la motricité intestinale et facteurs alimentaires. 

La réassurance des parents est indispensable pour éviter une médicalisation du trouble, qui disparaît spontanément vers l’âge de 5 ou 6 mois.

REFERENCES

  • Wyllie RW et al. Pediatric gastrointestinal and liver disease. 4e éd. Philadelphia : Elsevier-Saunders, 2011.
  • Hyman PE et al. Childhood functional gastrointestinal disorders : neonate/toddler. Gastroenterology 2006 ; 130 : 1519-26.
  • Herman M et al. The crying infant. Emerg Med Clin North Am 2007 ; 25 : 1137-59.
  • Perry R et al. Nutritional supplements and other complementary medicines for infantile colic : a systematic review. Pediatrics 2011 ; 127 : 720-33.
  • Savino F et al. Lactobacillus reuteri DQSM 17938 in infantile colic: a randomized double-blind, placebo-controlled trial. Pediatrics 2010 ; 126 : e526-33.

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter