Comment favoriser la consommation de fruits et légumes - L'alimentation de l'enfant de 0 à 3 ans

Comment favoriser la consommation de fruits et légumes

21.01.2015

État des lieux

La consommation de fruits et légumes s’accompagne de bénéfices indiscutables à l’âge adulte, en termes de prévention cardio-vasculaire, de certains cancers et du surpoids. L’acquisition de bonnes habitudes alimentaires pour toute la vie se fait très tôt et la période entre les âges de 4-6 mois et 1 an est absolument essentielle pour la programmation du goût.

Chapitre 01 : Des bénéfices démontrés

Les bénéfices d’un régime alimentaire riche en fruits et légumes ne sont plus à démontrer. Ils découleraient notamment de leur richesse en vitamines, antioxydants et fibres et de leur faible index glycémique. De très nombreuses études ont ainsi souligné le rôle protecteur des fruits et légumes vis-à-vis des maladies cardio-vasculaires, du diabète, de certains cancers ou encore de la surcharge pondérale.

L’apprentissage du goût se fait très tôt dans la vie et la période entre 4-6 mois et 1 an, période de la diversification, est un moment clé pour développer l’appétence des nourrissons pour les fruits et légumes. Une corrélation positive a été montrée entre la consommation de fruits et légumes au cours de ce laps de temps et leur consommation entre les âges de 2 et 5 ans. Les recommandations, qui sont de cinq portions de fruits et légumes par jour à l’âge adulte, ne sont suivies que dans 31 % des cas.

Chez les petits enfants, les recommandations sont de trois portions par jour entre 8 mois et 1 an et de quatre portions par jour entre 1 et 3 ans. Elles ne sont respectées que dans la moitié des cas.

Chapitre 02 : Comment faire en pratique

Les fruits et légumes sont les premiers aliments de la diversification alimentaire qui débute à l’âge de 4 mois. Il est conseillé de commencer par les légumes car ils sont naturellement moins facilement acceptés que les fruits.

Les légumes tels que carottes haricots verts, épinards, courgettes épépinées, blanc de poireau ou potiron sont conseillés dès 4 mois. En revanche, les légumes trop riches en fibres ou ayant un goût trop prononcé (choux, navets, oignons, céleri fenouil, panais) doivent être proposés dans un deuxième temps, en fonction du niveau de maturation digestive du nourrisson. 

L’introduction des fruits peut débuter une quinzaine de jours plus tard.

Un seul à la fois

Afin de favoriser la découverte de différents goûts, il est préférable de ne proposer qu’un seul légume ou fruit à la fois, et de varier les saveurs idéalement tous les jours ou tous les 2 jours.En cas de refus, il faut re-proposer le nouvel aliment quelques jours plus tard. La répétition de la présentation du nouvel aliment, parfois jusqu’à huit ou dix fois, améliore son acceptation.
Pas de légumes secs avant 12 mois
Les lentilles, pois chiches et haricots secs ne sont pas conseillés avant l’âge de 12 mois car ils peuvent induire une fermentation colique.

À table avec les grands

Chez l’enfant de plus de un an, le fait de manger à la table des grands, avec le reste de la famille, attise bien souvent sa curiosité pour les nouveaux aliments. Les fruits et légumes seront particulièrement appréciés s’ils sont proposés en petits morceaux, que l’enfant pourra manger tout seul avec ses doigts ou une cuillère. l’attitude des parents et le comportement des parents, notamment le rôle de modèle sont cités comme des éléments favorisant l’appréciation des fruits et des légumes.


Dr Isabelle Hoppenot

À retenir

Manger doit rester un plaisir et le repas un moment convivial. Il ne sert à rien de forcer le nourrisson ou le petit enfant à consommer un légume ou un fruit qu’il rejette. Il faut en revanche les lui re-proposer quelques jours plus tard, au besoin jusqu’à une dizaine de fois.

REFERENCES


  • Programme National Nutrition Santé (PNNS). La petite enfance (de la naissance à 3 ans), 2004.
  • Cooke LJ et al. Demographic, familial and trait predictors of fruit and vegetable consumption by pre-school children. Public Health Nutr 2004 ; 7 : 295-302.
  • Leenders M et al. Fruit and vegetable consumption and mortality : European prospective investigation into cancer and nutrition. Am J Epidemiol 2013 ; 178 : 590-602.
  • Agostoni C et al. Complementary feeding : a commentary by the ESPGHAN (European Society for Paediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition) Committee on Nutrition. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2008 ; 46 : 99-110.
  • Maier AS et al. Effects of repeated exposure on acceptance of initially disliked vegetables in 7-month old infants. Food Quality and Preference 2007 ; 18 : 1023–32.
  • Patrick Tounian, Françoise Sarrio. Alimentation de l’enfant de 0 à 3 ans. Ed. Elsevier Masson, Paris, 2011.

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter