Perte de connaissance brève de l'adulte : conduite à tenir

Perte de connaissance brève de l'adulte : conduite à tenir

08.02.2001
La perte de connaissance brève est un épisode aigu caractérisé par un trouble profond et transitoire de la conscience, accompagné le plus souvent d'une hypotonie (sauf dans le cas de la crise comitiale) et d'une chute. Malaise et lipothymie diffèrent de la perte de connaissance par la gravité moindre du trouble de la vigilance. En pratique, l'attitude devant une perte de connaissance brève ou un simple malaise avec lipothymie doit être la même, car il est souvent difficile de faire la distinction rétrospectivement. En effet, l'épisode aigu étant par définition rapidement et spontanément résolutif, le médecin est exceptionnellement présent à ce moment, et le problème de la première consultation est d'établir un diagnostic étiologique pour orienter le malade avec, comme préoccupation principale, la mesure du risque vital et son corollaire : faut-il hospitaliser ce patient ?

PRATIQUE

I. INTERROGATOIRE ET EXAMEN
• L'interrogatoire
Il prend ici une importance particulière, car il permet bien souvent d'orienter le diagnostic. Il doit authentifier la perte de connaissance et reconstituer la séquence des événements qui y ont conduit.
a) Cette reconstitution nécessite souvent l'interrogatoire des témoins de l'épisode.
On fera préciser :

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 2

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Réforme du troisième cycle : les jeunes voient rouge, s'estimant exclus des discussions

internes

Le torchon brûle autour de la réforme du troisième cycle des études médicales. L'Intersyndicat national des internes (ISNI) et... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter