Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Les commentaires récents

Liens d’intérêt : pour le Pr Maraninchi, « il fallait frapper fort »

  • « Un peu de ménage change un peu des méthodes bananières de certains politiciens. Mais le pire n'est pas là. C'est quand ces derniers se prennent pour des experts. Là, il faut avoir peur. Diriger un pays nécessite plus que de simples connaissances politiques. C'est pour cela que nous sommes en crise. »
    mar, 22/07/2014 - 23:33
  • « Les restos permettaient qu'on se rencontre entre confrères de même spécialité et entre spécialités; ce qui devient rarissime. Qu'on rencontre les nouveaux installés, qu'on se croise et qu'on parle des cas des patients communs et même qu'on blague ! C'est une grande perte pour la solidarité entre médecins la confraternité et aussi l'efficacité de certaines prises en charge complexes; ou urgentes. Le tout dans une ambiance sympa ! C'est sans doute ça qui pose problème : qu'on ait du plaisir à se rencontrer et à travailler tous ensemble dans des réseaux informels mais souvent très efficaces. »
    mar, 22/07/2014 - 23:20
  • « "Pouvoir distribuer des échantillons à l'heure où les pharmacies ont baissé le rideau". Dites-moi que je rêve. Il me semblait qu'en France, les pharmacies avaient un système d'organisation des gardes particulièrement efficient qui pourrait inspirer certains médecins à certains endroits. Il est vrai que les pharmacies hospitalières ne distribuent pas de médicaments au quidam alors qu'il est si simple de diriger des patients vers les urgences ou vers un régulateur pour pouvoir s'affranchir des gardes. Merci donc pour cette délicatesse. Je tacherai de l'oublier avant ma prochaine garde. »
    mar, 22/07/2014 - 22:46
  • « Très bonne remarque ! »
    mar, 22/07/2014 - 22:19
  • « Aujourd'hui le conflit d'intérêts est omniprésent en médecine, à tel point que la crédibilité des experts est remise en question en permanence à cause de ces conflits. Un expert qui n'a aucun conflit c'est bien, mais en existe-t-il ? Le fait d'assister à un congrès national, en faisant tout son possible pour éviter l'expo labo, est un conflit d'intérêts passif car ledit congrès a reçu des subsides des laboratoires donc tous les participants héritent des conflits d'intérêts de la société Savante qui organise le congrès. On peut répéter ce syllogisme à l'infini. Il faut arrêter de prendre les médecins pour des corrompus à tout prix. même si en haut lieu ce n'est pas le cas. Il est temps de re définir les conflits d'intérêts.Comment ? Un médecin qui reçoit des honoraires pour un travail précis de l'industrie pharmaceutique doit signer un contrat, l'envoyer au conseil de l'ordre et au fisc. De plus chaque fois qu'il intervient publiquement il doit le signaler. Mais est-ce que dans ce cas il va perdre sa crédibilité scientifique ? Est-ce qu'une relation avec l'industrie pollue systématiquement le raisonnement médical ? Est-ce que déjeuner avec l'industrie vous transforme instantanément en pourri ? Est-ce que se rendre à un congrès avec l'aide de l'industrie est une corruption ? À force de vouloir laver plus blanc que blanc, comme dirait Coluche tout devient gris et c'est le cas. Nous sommes aujourd'hui dans une opacité totale, les règles existent mais elles ne correspondent à rien. Elles partent du principe que tout rapprochement avec l'industrie pharmaceutique va être à l'origine des pires turpitudes. Aujourd'hui participer à un essai thérapeutique de phase 2, 3 ou 4 est un "péché". Aujourd'hui vouloir réaliser son DPC, c'est copiner avec l'industrie puisque ladite industrie participe au financement du DPC. Que l'on prenne le problème par un bout ou par un autre, les dés sont pipés. Alors arrêtons de nous donner des leçons, l'éthique médicale existe, la déontologie médicale existe toujours. À force de rentrer dans ce jeu pervers des conflits d'intérêts, nous allons décourager la génération médicale à venir, c'est une évidence. Les patients vont perdre confiance, est-ce que le médicament prescrit et le meilleur pour moi, est-ce que mon médecin n'est pas sous la tutelle des laboratoires, est-ce que ses prescriptions sont objectives. STOP, ça suffit ! Au diable cet encadrement de notre exercice, le pas d'après sera l'ère des lanceurs d'alerte, le mot savant pour DÉLATION. On constate, une fois de plus que l'histoire nous fait des clins d’œil en permanence. Tout ceci est INSUPPORTABLE ! Que les compromis lèvent le doigt et laissent la majorité silencieuse travailler dans la confiance, le respect, proche des patients, et en toute LIBERTÉ. »
    mar, 22/07/2014 - 22:09
  • « Et certainement tous les employés de l'ansm ne viennent qu'en vélo, puisque les employés de l'industrie payent le métro pour y acheter des billets: le métro est donc contaminé quelle horreur !! Et il faut s'assurer des marques automobiles au service du grand capital. Probablement dacia c'est safe mais en est-on sur ? Imaginez que le patron de servier roule en dacia !!! On a atteint un niveau de délire paranoïaque inouï, centre sur les médecins, alors que le politiques (y compris le donneur de leçons aquilino morelle ou cahusac) se goinfrent sans vergogne... »
    mar, 22/07/2014 - 20:36
  • « On est allé trop loin dans la voie des restrictions :"cadeaux de laboratoires". La suppression des échantillons est une très grande erreur : j'ai eu la chance de prendre ma retraite en 2002 avec une armoire pleine d'échantillons qui bien des fois on été utiles pour les personnes vues en urgence à l'heure ou nos bons fonctionnaires sont rentrés chez eux et les pharmacies ont baissé leur rideau. Depuis cette date j'ai continué à remplacer de nombreux confrères qui n'avaient plus d'échantillons en réserve et me suis trouvé dans des situations délicates où seule ma trousse d'urgence personnelle m'a permis de faire face à la situation ! Au fait j'ai vu un couple de patients qui à ma grande surprise partaient dix jours aux Bahamas : "Oui docteur mon mari a vendu de la peinture et la marque X... nous offre le voyage". -No comment. »
    mar, 22/07/2014 - 19:39

Sécurité sociale : le budget rectificatif adopté en seconde lecture par les députés

  • « Comment avoir l'air sérieux quand le pays est ruiné par ceux qui l'ont vendu (et continuent) aux vampires créateurs de "la dette"... avec toutes ses conséquences présentes et à venir: appauvrissement des citoyens ponction sur leur épargne etc.... »
    mar, 22/07/2014 - 23:19

La schizophrénie mieux comprise grâce à 108 locus génétiques

  • « Gros tabagisme et psychose, c'était donc génétique !!! Vivement le traitement, bien sûr "low cost", qui en découlera !... »
    mar, 22/07/2014 - 23:11
  • « Les laboratoires pharmaceutiques vont pouvoir s'enrichir davantage. Pauvre devenir de la santé mentale. »
    mar, 22/07/2014 - 20:44
  • « Les labos vont encore faire des bénéfices ! »
    mar, 22/07/2014 - 20:42

La prise en charge, deux fois plus chère à l’hôpital qu’à la clinique, selon l’ATIH

  • « Le privé fait déjà de l'urgence, et pas qu'un peu, 24/24 h, comme tout le monde, mais en mieux organisé. Que dire des missions d'enseignement . L'hôpital, sous prétexte de la formation, fait tourner ses services la nuit par des internes qui sont payés au tarif d'une femme de ménage. Est-ce vraiment un surcoût ou le moyen de permettre à nombre de praticiens hospitaliers de pantoufler en attendant l'avancement à l'ancienneté ? »
    mar, 22/07/2014 - 22:32
  • « Vous avez un début de réponse avec les chiffres de l'APHP (dont la nouvelle présidente est Hidalgo..) et c'est étonnant : 72 000 "agents" et 20 000 médecins... »
    mar, 22/07/2014 - 19:44
  • « Exact cher confrère , le grand avantage du médecin exerçant FB clinique est qu'il connaît les deux systèmes et sont discours sur la comparatif est des lors plus étayé . Il faut vraiment méconnaître le fonctionnement du secteur privé pour oser avancer de telles contres vérités . Les personnes âgées troisième ou 4 e âges sont bien sur traitées dans le secteur privé en court comme en moyen séjour . Fort heureusement la majorité des médecins du secteurs public ne sont pas si dogmatique et savent les 2 secteurs indispensables , comme ils savent ou sont les causes de surcoût . Rappelons tout de même que le différenciées est accentué par une rentabilité forcée des établissements privées qui ne peuvent juridiquement parlant survivre à trois années de déficit »
    mar, 22/07/2014 - 19:23
  • « Bonjour Il faut juste penser que les objectifs sont différents. On ne parlera pas de la mission première "soigner le patient le mieux possible", on partira du principe qu'elle est atteinte dans les 2 établissements. Mais réfléchissons aux autres : - Celle du "privé" : être rentable. Tout est donc optimisé pour éviter les pertes financières. Organisation réglée au cordeau, rien à dire - Celles du "public" : a) être au service du public 24/24,7/7, cela a un cout. b) Former les étudiants (médecins, IDE, AS, kiné) : en terme de process, c'est une perte de temps, d'argent, voire de chance. Il faut du monde pour encadrer tous ces p'tits jeunes. Donc d'un coté des process réglés au millimètre, dans l'intérêt du patient, du Docteur et de la Clinique; de l'autre, une désorganisation et des surcouts engendrés par les urgences, les exigences de l'enseignement.... Et l'absence d'incitation financière. Introduisez dans le public un pourcentage à l'activité, et exigez dans le même temps du Privé la prise en charge des Urgences 24/24,ou l'enseignement à outrance, et les écarts financiers s'estomperont rapidement. What else ? »
    mar, 22/07/2014 - 15:36
  • « Cela peut être surprenant de travailler (ou d'avoir travaillé) ailleurs qu'à l'hôpital pour découvrir la véracité des idéologies et dogmes hospitaliers... En ce qui me concerne, j'ai travaillé dans une clinique et ai pu voir ttes les fractures du col des octogénaires refusés par divers hôpitaux transférés en clinique... Le CHU est notre mère à tous, ns y avons ts été formés. Patients plus lourds à l'hôpital qu'en clinique ? Pas si évident que le dogme hospitalier nous a fait croire et tente visiblement encore de ns faire croire visiblement... »
    mar, 22/07/2014 - 15:10

Autonomie : 4 organisations s’inquiètent du probable changement de directeur de la CNSA

  • « Un copain du gouvernement à caser ? »
    mar, 22/07/2014 - 21:34

Touraine au charbon pour maintenir le régime minier « jusqu’au dernier affilié »

  • « C'est un régime scandaleux déficitaire, pompe à fric pour les syndicats, dans ces périodes d'économie il est honteux de faire survivre ce dinosaure. »
    mar, 22/07/2014 - 20:27
  • « Cela signifie que ce régime privilégié est maintenu par ponction sur les régimes moins favorables (puisqu' il ne compte plus d' actifs cotisants ) Ou est l' équité ? »
    mar, 22/07/2014 - 20:20
  • « Il y aurait un seul régime pour tous très bien mutualisé, ce serait plus intelligent. »
    mar, 22/07/2014 - 19:58
 
 
 
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.