Dr Jean-Luc Régis, heureux « cumulard »  - « Avec les mêmes revenus, j’ai une charge de travail bien moins importante »

Dr Jean-Luc Régis, heureux « cumulard » « Avec les mêmes revenus, j’ai une charge de travail bien moins importante »

Henri de Saint Roman
| 29.06.2015

Médecin généraliste à Mazamet, le Dr Régis se félicite d’avoir opté pour le cumul emploi retraite, sans lequel il n’aurait pu préserver ses revenus tout en travaillant « nettement » moins.

  • Dr Jean-Luc Régis, heureux « cumulard »  - « Avec les mêmes revenus, j’ai une charge de travail bien moins importante »-1

Entretien

LE QUOTIDIEN : Pourquoi avez-vous choisi de continuer à travailler ?

Dr JEAN-LUC REGIS : J’exerçais en cabinet de groupe à Mazamet. Fin décembre 2014, alors que j’avais 66 ans, l’hôpital général de la ville m’a proposé un poste de praticien hospitalier. Si bien qu’au moment de prendre ma retraite, au début du mois d’avril dernier, j’ai opté pour le dispositif du cumul emploi retraite.

Je travaille à 80 % de mon temps pour cet hôpital, et à 20 % pour mon ancien cabinet de groupe.

J’ai fait ce choix tout d’abord pour des raisons pécuniaires, même si ce n’est la principale raison. Ensuite, étant très investi dans l’URPS de ma région, j’effectuais de longues journées. Je me suis dit que je ne serais pas capable d’arrêter brutalement de travailler. Enfin, la situation démographique n’est pas idéale à Mazamet. Même si je n’exerce plus qu’une journée par semaine en libéral, c’est toujours ça de pris pour les patients.

C’est une des raisons pour lesquelles je n’ai pas complètement lâché mon exercice en cabinet de groupe.

Vos revenus sont-ils aujourd’hui supérieurs à ce qu’ils étaient avant la retraite ?

Mes revenus ne sont pas supérieurs, ils sont comparables à ce qu’ils étaient avant. La différence, c’est le confort de vie que j’ai maintenant. Je ne reviendrais en arrière pour rien au monde ! Un 80 % à l’hôpital ne correspond pas du tout aux horaires que j’avais en libéral. Tout en ayant grosso modo les mêmes revenus grâce au cumul, je me retrouve avec une charge de travail nettement moins importante.

Sans le cumul emploi retraite, je n’aurais pas pu faire ça. Au cabinet, nous avons des charges importantes, et les frais sont répartis en parts égales entre les praticiens. Je ne voulais plus exercer à plein-temps en libéral, et sans ce dispositif, j’aurais payé des charges conséquentes pour des revenus inférieurs à ce qu’ils étaient avant.

Devoir continuer à cotiser pour votre retraite sans acquérir de nouveaux droits vous pose-t-il un problème ?

C’est la question que tout le monde me pose, mais le dispositif est fait comme ça... Si vous voulez cotiser tout en acquérant de nouveaux droits, il suffit de ne pas liquider sa retraite et ne pas demander à bénéficier du cumul. Dans cette configuration, vous obtenez de nouveaux droits, mais sans percevoir votre pension de retraite !

Jusqu’à quand envisagez-vous de cumuler ?

Avec l’hôpital, j’ai passé un contrat de quatre ans, renouvelable. Ce travail m’intéresse, d’autant que c’est la première fois que j’ai une activité non libérale. Je comprends mieux aujourd’hui pourquoi les internes ne veulent pas s’installer [rires].

J’ai des confrères qui ont opté comme moi pour le cumul mais qui continuent à exercer en libéral exclusif, ils travaillent beaucoup ! J’ai aussi des confrères qui ont choisi le cumul mais qui n’exercent plus qu’en remplacement libéral, au coup par coup. Ça leur permet de partir en voyage ou en vacances quand ils veulent.

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 2

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Réforme du troisième cycle : les jeunes voient rouge, s'estimant exclus des discussions

internes

Le torchon brûle autour de la réforme du troisième cycle des études médicales. L'Intersyndicat national des internes (ISNI) et... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter