Molière et le latin médical
Décryptage

Molière et le latin médical

01.06.2015
  • Molière et le latin médical - 1

« Clysterium donare, postea saignare, ensuita purgare », (utiliser le clystère, puis saigner et enfin purger), répond Argon à l’examinateur qui lui demande comment soigner l’hydropisie, dans « Le Malade Imaginaire », de Molière. « Bene, bene, bene », répond le professeur. Et pour soigner des maux de tête, des fièvres, des douleurs abdominales ? Même réponse de l’étudiant, même approbation du maître. Et si, malgré cela, le mal persiste ? « Ensuita resaignare et repurgare ».

« Molière...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter