Conflits d'intérêts : Daniel Ludet nommé déontologue de la Haute Autorité de santé
Brève

Conflits d'intérêts : Daniel Ludet nommé déontologue de la Haute Autorité de santé

Coline Garré
| 25.07.2016

Daniel Ludet sera, à compter du 17 octobre prochain et pour 3 ans, le déontologue de la Haute Autorité de santé (HAS), garant des bonnes pratiques en matière de gestion des conflits d'intérêts.

La loi du 26 janvier 2016, précisée par le décret du 10 juin 2016, prévoit la désignation d'un déontologue au sein de chaque agence sanitaire.

Titulaire d'un DES de Droit public, ancien élève de l'École nationale de la magistrature qu'il a présidée de 1992 à 1996, passé par les plus hautes juridictions (TGI Valenciennes, Cour de justice des communautés européennes, Cour d'appel de Paris) et les cabinets ministériels (justice entre 1990 et 1992 et auprès du Premier ministre Lionel Jospin entre 1997 et 2002), Daniel Ludet, 67 ans, quittera ses fonctions de conseiller à la Cour de cassation (qu'il occupe depuis 2007), et deviendra en octobre magistrat honoraire. Il sera chargé « de veiller au respect des obligations de déclarations d’intérêts et de prévention des conflits d’intérêts qui s’imposent à la HAS. Il vérifiera que les décisions issues de l’analyse des liens d’intérêts déclarés sont prises en compte. Il proposera à la gouvernance de la HAS les mesures d’organisation nécessaires à la prévention des conflits d’intérêts », indique la HAS. Daniel Ludet devrait travailler en lien avec le comité Déontologie et indépendance de l’expertise de la HAS, créé en 2006 et présidé par Emmanuelle Prada Bordenave.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
PM Médecin ou Interne 28.07.2016 à 12h24

Un deontologue socialiste...on ne peut pas rever mieux....

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 1

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 2

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... Commenter

Réforme du troisième cycle : les jeunes voient rouge, s'estimant exclus des discussions

internes

Le torchon brûle autour de la réforme du troisième cycle des études médicales. L'Intersyndicat national des internes (ISNI) et... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter