Raid sur l’hôpital afghan de MSF : les Américains avouent, les ONG demandent plus
Brève

Raid sur l’hôpital afghan de MSF : les Américains avouent, les ONG demandent plus

26.11.2015

Plusieurs ONG continuent à réclamer une enquête indépendante sur le raid américain qui a tué 30 personnes, patients et employés, dans un hôpital de Médecins sans frontières (MSF), en Afghanistan en octobre, malgré la publication, ce mercredi 25 novembre, des conclusions de l’investigation américaine.

Le raid du 3 octobre à Kunduz est un « accident tragique mais évitable, causé avant tout par l’erreur humaine », a déclaré mercredi le général américain John Campbell, patron des forces de l’Otan en Afghanistan, en insistant sur « l’épuisement» des troupes américaines, sollicitées à l’extrême depuis plusieurs jours dans les combats menés par leurs alliés afghans contre les rebelles talibans à Kunduz. Des défaillances techniques et manquements à la procédure ont conduit les soldats américains à frapper l’hôpital après l’avoir « confondu » avec un autre bâtiment, a-t-il expliqué.

Mais les sanctions annoncées par le général Campbell contre les responsables n’ont pas satisfait les ONG. Pour le directeur général de MSF, Christopher Stokes, « l’effarant catalogue d’erreurs mis en lumière (...) démontre la grossière négligence des troupes américaines et les violations du droit de la guerre ». MSF réclame une enquête « indépendante et impartiale », de même que l’ONG Human Rights Watch, pour qui le récit du général Campbell « justifie une enquête pénale sur d’éventuels crimes de guerre ».

MSF exige ainsi une « commission internationale humanitaire pour établir les faits » – un dispositif prévu par le droit international mais qui n’a jamais été utilisé. Cela nécessiterait un accord des États-Unis et de l’Afghanistan.

C. W. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 20

Guérilla tarifaireC à 25 euros : les généralistes contestataires de Romillé traduits en commission paritaire Abonné

Cinq médecins de Romillé (Ille-et-Vilaine) sont convoqués aujourd'hui devant leur caisse primaire, à Rennes, pour avoir facturé leurs... Commenter

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... 3

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter