Un amendement pour une taxe sur les boissons énergisantes votée en commission à l’Assemblée
Brève

Un amendement pour une taxe sur les boissons énergisantes votée en commission à l’Assemblée

16.10.2013

L’amendement présenté par le député PS Gérard Bapt, rapporteur du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale à l’Assemblée nationale, instituant une taxe sur les boissons énergisantes, a été voté en commission des Affaires sociales hier mardi.

Comme tous les autres amendements, ce dernier sera soumis la semaine prochaine au vote de l’ensemble des députés. L’amendement prévoit que seront soumises à une taxe d’un euro par litre, les boissons énergisantes, tel que le Red Bull, qui contiennent un seuil minimal de 150 mg de caféine pour 1 000 ml ou de 300 mg de taurine pour 1 000 ml. « L’amendement vise à dissuader le consommateur – souvent des adolescents – de consommer à l’excès des boissons énergisantes riches en caféine ou en taurine », souligne le député dans l’exposé des motifs. Toujours dans cet exposé des motifs, Gérard Bapt s’appuie sur la mise en garde récente de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) indiquant que ces boissons, en elles-mêmes, ne sont pas dangereuses mais « lorsqu’elles sont associées à l’alcool ou au sport, elles peuvent générer des accidents cardiaques graves surtout chez des personnes avec prédispositions génétiques qui ne sont pas diagnostiquées ».

Le député de Haute-Garonne avait déjà, l’an dernier, proposé un amendement en ce sens, qui avait été adopté par le Parlement puis censuré par le Conseil constitutionnel.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
DIDIER P Médecin ou Interne 16.10.2013 à 23h59

« Et pour 149,9 mg, on fait quoi ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter