L’Autorité européenne reporte à novembre son avis sur les risques liés à l’aspartame
Brève

L’Autorité européenne reporte à novembre son avis sur les risques liés à l’aspartame

16.05.2013

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a reporté au mois de novembre l’avis qu’elle devait rendre hier sur les risques liés à l’aspartame. L’EFSA justifie ce report par la nécessité de « disposer du temps nécessaire » pour examiner les quelque 200 commentaires reçus à la suite d’une consultation publique organisée sur le sujet du 8 janvier au 15 février. « À partir des commentaires reçus », les experts de l’EFSA ont identifié des points qu’ils souhaiteraient « clarifier davantage », peut-on lire sur le site. La consultation publique portait sur un projet d’avis scientifique relatif à la réévaluation de l’aspartame (E 951) que toutes les parties prenantes et intéressées étaient invitées à commenter. Les experts de l’EFSA estimaient dans ce pré-avis que l’aspartame « ne présente aucun risque pour la santé avec les niveaux aujourd’hui autorisés en Europe ». L’Autorité reconnaît toutefois que la phénylalanine, un des composants de l’aspartame, constitue un risque pour les femmes enceintes frappées par la phénylcétonurie, une maladie héréditaire du métabolisme. L’utilisation de cet édulcorant est autorisée dans l’UE en tant qu’additif alimentaire pour sucrer une série d’aliments comme les boissons, les desserts, les confiseries, les chewing-gums, les yaourts, les produits hypocaloriques et amaigrissants ainsi que comme édulcorant de table, autant de produits fabriqués par les principales multinationales de l’agroalimentaire.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter