Des médecins dont le Pr Sicard signent un appel en faveur d’une RTU pour le baclofène
Brève

Des médecins dont le Pr Sicard signent un appel en faveur d’une RTU pour le baclofène

25.04.2013

Une trentaine de personnalités ont dénoncé « l’atermoiement » des pouvoirs publics dans la mise à disposition du public du baclofène dans un appel rendu public mercredi. « Alors qu’il existe un médicament susceptible d’aider une large proportion des patients alcoolo-dépendants, les pouvoirs publics font preuve d’atermoiements et freinent la mise à disposition de ce traitement pour tous ceux qui en auraient besoin », écrivent les signataires de l’appel qui demandent à l’agence du médicament (ANSM) d’autoriser une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) « dans les plus brefs délais » en attendant son autorisation de mise sur le marché (AMM). Une demande de RTU est actuellement en cours d’instruction à l’ANSM. Les signataires relèvent que plus de 100 personnes meurent prématurément chaque jour en France à cause de l’alcool, « un fléau social de grande ampleur qui touche non seulement les patients alcoolo-dépendants mais également leur entourage ».

Leur appel est lancé à la veille d’un colloque organisé le 3 juin à l’Université Paris Descartes sur la place du Baclofène aujourd’hui dans la lutte contre l’alcoolisme, sous le parrainage du Pr Didier Sicard, ancien président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) qui assure la présidence du comité de pilotage.

Parmi les autres signataires de l’appel, figurent le Pr Jean-Louis Binet, secrétaire perpétuel honoraire de

l’Académie de médecine, le Pr François Chast, université Paris Descartes, ancien président de l’Académie nationale de pharmacie, le Pr Gérard Dubois, ancien président de l’Alliance Prévention Alcool, le Pr Thierry Poynard, chef du service d’hépatologie de l’hôpital Pitié-Salpêtrière (Paris) et le Pr Bernard Granger, psychiatrie et coordinateur de l’appel. Deux essais cliniques sont en cours sur le baclofène, l’essai Bacloville, autorisé en avril 2012 par l’ANSM, et l’étude Alpadir, initiée en milieu hospitalier en octobre dernier.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 4

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 3

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter