Brève

Mise en garde de la SFR sur l’utilisation au long cours du diclofenac chez les patients cardiovasculaires

02.04.2013

La Société Française de Rhumatologie (SFR) souhaite attirer l’attention sur des études internationales récentes mettant en évidence une augmentation (modérée) du risque d’accident cardiovasculaire avec un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), le diclofenac*.

La SFR rappelle que, tenant compte de l’évaluation du rapport bénéfices risques des AINS, il convient de respecter les règles suivantes :

- Les AINS doivent être prescrits à la plus petite dose efficace pour la durée la plus courte possible.

- Compte tenu de leurs effets, la prescription des AINS, et en particulier du diclofenac, doit faire l’objet d’une évaluation particulière chez les patients à risque cardiovasculaire (angor, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral y compris l’accident ischémique transitoire, artériopathie des membres inférieurs).

- En fonction des données actuelles, le naproxène est l’AINS de choix pour un traitement au long cours chez un patient à risque cardiovasculaire (angor, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral y compris l’accident ischémique transitoire, artériopathie des membres inférieurs).

Vis-à-vis du diclofénac, il est conseillé aux patients actuellement traités par ce médicament de ne pas interrompre par eux-mêmes leur traitement et de se rapprocher de leur médecin pour évaluer l’intérêt de le poursuivre.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
03.04.2013 à 11h23

« Je suis surpris que l'AINS de choix soit le NAPROXENE, dont la demi-vie d'élimination est entre 13 et 15 heures, alors que les recommandations préconisent un AINS à demi-vie courte, tel le KETOPROFE Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
Pour ou contre le tiers payant généralisé ? 19 médecins députés s’expliquent-0
Diaporama

Pour ou contre le tiers payant généralisé ? 19 médecins députés s’expliquent

Le 9 avril, l’Assemblée nationale adoptait l’article 18 de la loi de santé, synonyme de généralisation du tiers payant d’ici à fin 2017. 35 députés participaient au scrutin parmi lesquels 8 médecins (3 votes pour, 5 contre), sur la trentaine de praticiens siègeant dans l’hémicycle. Que pensent-ils de cette disposition censée améliorer l’accès aux soins des Français et à laquelle une majorité de... 22

Comment faire des économies à l’hôpital ? Le mode d’emploi choc d’un think tank libéral

Comment faire des économies à l’hôpital ? Le mode d’emploi choc d’un think tank libéral-1

L’hôpital doit être géré comme une entreprise. La médecine de proximité est libérale, pas hospitalière. C’est à partir de ces deux... 17

L’adhésion à la vaccination repart à la hausse en 2014, des résistances persistent

À la veille de la semaine européenne, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) a révélé les données du Baromèt... 2

Refus du tiers payant, consultations majorées, recours au « DE » : l’UNOF lance à son tour la guérilla

Refus du tiers payant, consultations majorées, recours au « DE » : l’UNOF lance à son tour la guérilla-1

Président de la branche généraliste de la CSMF (UNOF), le Dr Luc Duquesnel a réuni son comité directeur après la fin de l’examen en séance... 6

Pour réduire le déficit de la Sécu, les Français proposent de raboter les tarifs des médecins

Pour réduire le déficit de la Sécu, les Français proposent de raboter les tarifs des médecins-1

La limitation des tarifs des professionnels de santé est la solution préférée de 84 % des Français pour réduire le déficit de... 130

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

loisirs

Festival, Voyage, Restaurant... Retrouvez tous les choix de la rédaction

Consulter