Poursuivie pour homicide involontaire, une infirmière écope d’un an de prison avec sursis
Brève

Poursuivie pour homicide involontaire, une infirmière écope d’un an de prison avec sursis

29.06.2012

Ce vendredi 29 juin, le tribunal correctionnel de Tours a condamné une infirmière à un an de prison avec sursis pour avoir provoqué la mort d’un bébé de 18 mois en lui injectant une surdose de chimiothérapie.

Les faits remontent à mai 2006, à l’hôpital Clocheville de Tours. Alors âgée de 24 ans, l’infirmière débutante avait injecté 100 mg au lieu de 20 mg de médicament à cette enfant atteinte d’une leucémie particulièrement grave. En raison de cette surdose, l’enfant avait développé une insuffisance cardiaque sévère et était décédée quelques semaines plus tard. L’infirmière avait reconnu les faits.

Lors de l’audience du 14 juin, la procureure a souligné la faute de l’infirmière mais a aussi fait part de ses doutes quant à l’organisation du service hospitalier. Lors du drame, aucun médecin n’était présent pour superviser le protocole de soins.

Me Marc Morin, avocat de l’infirmière, s’est dit satisfait du jugement. « C’est une décision normale. L’infirmière n’a jamais contesté sa faute. J’estime néanmoins que l’hôpital n’aurait jamais dû laisser une jeune infirmière seule avec des produits aussi dangereux », a-t-il déclaré au correspondant local de l’AFP.

Le jugement n’a pas été assorti d’une interdiction d’exercer pour l’infirmière, qui a changé d’établissement.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
30.06.2012 à 08h46

« Encore une victime : le dernier maillon de la chaîne. Comme le chirurgien condamné à cause d un geste invasif sur un enfant hémophile non diagnostiqué en amont. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 2

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... Commenter

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 1

La CSMF réclame une loi de santé rectificative et détaille son projet politique

ortiz

À un mois du premier tour de la présidentielle, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a placé le futur président de la Rép... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter