Chine : émoi après un avortement forcé à sept mois
Brève

Chine : émoi après un avortement forcé à sept mois

15.06.2012

Les autorités chinoises ont présenté hier leurs excuses à une femme, obligée d’avorter à sept mois de grossesse, et ont promis de faire toute la lumière sur cette affaire.

Feng Jianmei, une jeune femme de 27 ans, et déjà mère d’un enfant, a été forcée à avorter le 2 juin, car elle ne pouvait s’acquitter de l’amende de 40 000 yuans (4 880 euros) pour non respect de la politique de l’enfant unique. La photo qui a circulé sur internet la montrant sur son lit d’hôpital, son fœtus sanguinolent auprès d’elle, a entraîné de nombreux commentaires outrés des internautes chinois ces derniers jours.

Les autorités de la province du Shaanxi ont annoncé que l’enquête préliminaire avait confirmé que cette affaire était « pour l’essentiel vraie », et que les enquêteurs avaient recommandé des sanctions contre les responsables, non désignés, de cet avortement forcé. Selon l’agence de presse Chine Nouvelle, plusieurs responsables ont été suspendus de leurs fonctions, dont le directeur de l’agence locale de planning familial. « Il s’agit d’une violation sérieuse de la politique de la Commission de la population et du planning familial qui porte atteinte au travail de contrôle de la population et a provoqué un malaise dans la société », a déclaré le gouvernement provincial sur son site, assurant que les avortements tardifs étaient proscrits depuis 2001.

Les autorités du district de Zhenping, où a eu lieu l’avortement forcé, s’étaient auparavant engagées à « une enquête transparente » menée par une commission spéciale.

Les avortements forcés sont très fréquents en Chine, pays le plus peuplé de la planète avec 1,34 milliard d’habitants, qui a mis en place une politique drastique de limitation des naissances à la fin des années 1970. En règle générale, les Chinois dans les villes ne peuvent avoir qu’un enfant, et ceux des campagnes deux, lorsque le premier est une fille.

Selon les statistiques officielles, les avortements sous couvert de la politique de limitation des naissances ont atteint un maximum en 1983, avec un total de 14,37 millions d’interruptions de grossesse cette seule année.

C. R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 1

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... Commenter

Pourquoi je refuse le tiers payant : le SML édite à son tour une affiche

sml

Le refus de la généralisation du tiers payant obligatoire continue d'inspirer les syndicats de médecins libéraux. Après l'affiche de la... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter