PSA : les médecins Américains partagés
Brève

PSA : les médecins Américains partagés

29.05.2012

Les médecins généralistes américains ne se disent pas prêts à arrêter de prescrire les PSA pour dépister le cancer de la prostate. C’est ce à quoi conclut une étude menée par le Dr Craig Pollack et coll. auprès de 125 praticiens américains, et dont les résultats viennent d’être communiqués suite aux récentes recommandations américaines. Le groupe de travail U.S Preventive Services Task Force (USPSTF) s’est prononcé officiellement contre le dépistage systématique le 22 mai dernier. S’il existe un consensus chez les sujets de plus de 75 ans et chez ceux ayant une espérance de vie ≤ 10 ans, la plupart des médecins déclarent avoir des freins à ne plus prescrire les PSA à leurs patients habitués à faire le dépistage chaque année.

La raison première citée par près de 75 % des médecins est « mon patient attend de moi que je poursuive le dépistage », suivie de « cela prend plus de temps d’expliquer pourquoi il ne faut pas le faire que continuer à prescrire le test » par 67 % des sondés. Plus de la moitié des médecins interrogés pensent que le fait de ne pas prescrire les PSA « leur fait courir un risque de faire une erreur médicale ».

Dans une étude dérivée publiée en avril, l’équipe du Dr Pollack avait estimé qu’environ la moitié des médecins était d’accord avec la décision de supprimer le dépistage par les PSA. Pourtant, moins de 2 % avaient déclaré qu’ils s’y conformeraient à la lettre, près de 22 % qu’ils auraient beaucoup plus tendance à ne plus les prescrire, 38,6 % qu’ils auraient un peu plus tendance à ne plus les prescrire et 37,7 % qu’ils ne changeraient en rien leurs pratiques. La problématique outre-atlantique est ainsi comparable à celle observée en France, où l’avis rendu par la Haute Autorité de Santé (HAS) en 2004 n’est pas partagé par l’Association Française d’Urologie (AFU). La HAS a réitéré sa position en se prononçant contre le dépistage dans les populations à risque en avril dernier.

 Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
30.05.2012 à 08h22

« Passé l'âge de "10 ans avant de mourir", je préfère me prescrire un PSA par an même si je dois payer tout simplement parce que je ne veux pas mourir d'un cancer de la prostate et que le dosage du PS Lire la suite

Répondre
 
29.05.2012 à 22h00

« Le dépistage du cancer prostatique partage les opinions des médecins en deux clans opposés, mais ce n’est que si ce dosage ne conduit qu’à recruter des patients pouvant se soumette à la prostatectom Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Accès aux soins : l'Ordre inventorie « les solutions qui marchent » Abonné

maison de santé

Maisons ou pôles de santé, terrains de stage libéraux, groupements de coopération sanitaire attractifs, initiatives en tout genre : nos... 5

Santé, assurance-maladie : Fillon ripoline son projet, ce qu'il faut retenir

fillon

Après le remède de cheval, la méthode douce ? Accusé par ses adversaires de vouloir privatiser la Sécurité sociale, François Fillon a... 2

À la faculté de médecine Saint-Antoine, des vidéos pour sensibiliser les futurs médecins à l'empathie

saint antoine

Mettre en scène les consultations chez un généraliste pour sensibiliser les futurs praticiens à la relation médecin-patient, c'est... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter