Violence scolaire : le 93 ne mérite pas sa mauvaise réputation
Brève

Violence scolaire : le 93 ne mérite pas sa mauvaise réputation

17.01.2012

Les faits de violence physique dans les établissements scolaires de Seine-Saint-Denis sont très rares, selon une enquête de l’Observatoire international de la violence à l’école. Cette première enquête à l’échelle d’un département, menée par le chercheur Éric Debarbieux, et financée par le conseil général de Seine-Saint-Denis, a été lancée le 5 décembre et a porté sur 2 318 personnes.

Les violences contre les personnels sont essentiellement verbales et symboliques. Les personnels se déclarent, à 44,5 %, victimes d’injures, 18 % de menaces et 13 % de vol. Selon les conclusions de cette enquête, le climat scolaire apparaît majoritairement positif dans le 93 pour 74 % des personnes interrogées (enseignants du primaire et du secondaire, proviseurs, surveillants) : près de 57 % le jugent « plutôt bon » et un peu plus de 17 % « bon ». Des disparités existent cependant.

Neuf personnes sur dix en école maternelle et huit personnes sur dix dans le primaire se disent satisfaites de l’ambiance dans leur établissement. Cependant, dans les collèges et les lycées professionnels, plus d’un tiers trouvent le climat dégradé. Concernant les collèges des établissements classés en zone d’éducation prioritaire, 78,5 % de leur personnel jugent la violence fréquente. Le président PS du conseil général de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, estime que « la situation est grave mais pas désespérée ». « Nous en avions assez de voir le département jugé avec des stéréotypes et souhaitions, avec cette enquête, avoir une approche scientifique, en dehors des rumeurs », a-t-il ajouté. « Là où le gouvernement et le président disaient qu’il fallait des portiques de sécurité et de la vidéosurveillance, les personnels répondent eux qu’il faut de la formation, du travail en équipe ou encore un partenariat avec l’ensemble des acteurs », a-t-il assuré. Sur la formation, 65 % des enseignants s’estiment peu ou mal formés. Ils proposent moins d’élèves par classe, ainsi que de travailler avec les parents et en équipe.

S. H.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter