RTT à l’hôpital : les négociations traînent
Brève

RTT à l’hôpital : les négociations traînent

09.12.2011

Une nouvelle réunion a eu lieu ce vendredi au ministère de la Santé sur le problème des journées de RTT accumulées par les médecins hospitaliers, sans qu’un accord soit formellement signé, mais avec des avancées.

Après de premiers échanges infructueux fin novembre, une réunion plénière avait été reportée lundi dernier à la demande du ministère, qui a organisé des rencontres bilatérales avec les syndicats au cours de la semaine. La réunion de ce vendredi a rassemblé l’ensemble des syndicats concernés. Le décret en discussion pour régler la question des RTT, qui a été examiné article par article, prévoit trois options : la prise de congés, la monétisation (rachat des jours) et la possibilité de les transformer en points retraite pour avancer l’âge du départ.

Quelle que soit l’option retenue, le coût des RTT accumulées par les médecins hospitaliers – le « stock » – est de l’ordre de 600 millions d’euros, soit 300 euros par journée travaillée. Quelque 250 millions d’euros au total ont été provisionnés jusqu’à présent par les hôpitaux publics mais un grand nombre d’établissements, en difficulté financière, n’ont rien prévu. Le provisionnement des 350 millions restants doit être étalé sur plusieurs années. « Le ministère du Budget propose 5 ans, celui de la Santé 4 ans et nous 3 ans », explique le Dr François Aubart, président de la Coordination médicale hospitalière (CMH).

Pour le « flux », c’est-à-dire les RTT qui seront prises à l’avenir, le prix de 300 euros la journée doit être revalorisé, selon le Dr Aubart. Le vice-président de la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH), le Dr Jean-Marie Leleu, a fait valoir que plus le temps passe, plus les praticiens perdent de l’argent. L’argent des RTT est « un prêt à taux zéro fait par les médecins hospitaliers à l’hôpital public », a-t-il affirmé.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter