Le gynécologue poursuivi pour viols : dix ans de prison
Brève

Le gynécologue poursuivi pour viols : dix ans de prison

09.12.2011

Jean-Marc Chargois, 57 ans, a reconnu les faits à l’ouverture de son procès devant la Cour d’assises de Meurthe-et-Moselle, mais n’a jamais prononcé le mot « viol ». C’est bien pourtant pour le viol de 22 patientes, entre 1994 et 2004, dans ses cabinets de Saint-Max et Pont-à-Mousson, qu’il a été condamné à dix ans de prison (l’avocat général avait requis 12).

« J’ai vu la souffrance des victimes, je n’en prenais pas conscience à l’époque », a expliqué le gynécologue, désormais interdit d’exercice. Avant que les jurés ne délibèrent, il a reconnu avoir « fait des saloperies », rapporte l’AFP. « Je me dois de dire pardon aux victimes pour ce que je leur ai fait subir, pour toutes ces souffrances. »

Deux premières plaintes contre le médecin, en 1996 et 2002, étaient restées sans suite. Jusqu’à ce que deux autres patientes, qui ne se connaissaient pas, dénoncent des gestes déplacés, ne s’inscrivant pas dans un examen gynécologique classique. Au total, une trentaine d’anciennes patientes, toutes plutôt jeunes, ont dénoncé les dérapages du gynécologue, qu’elles assimilent à des agressions sexuelles ou des viols. Celles qui ont témoigné ont évoqué des faits similaires : des touchers vaginaux anormalement longs et dans des positions particulièrement suggestives, des questions sur leur plaisir sexuel.

Selon les experts psychologues, l’accusé n’a pas une personnalité perverse, mais ils ont relevé une « détresse psychologique » et fait l’hypothèse selon laquelle les agressions sexuelles auraient eu valeur de « suicide social ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
09.12.2011 à 18h57

« Pauvre homme, je le comprends et je suis solidaire. Merci à Dieu de n'avoir jamais été inquiété dans mon exercice. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 3

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter