Brève

Don de sang : le Défenseur des droits contre l’interdiction faite aux homosexuels

08.12.2011

Dominique Baudis, le nouveau Défenseur des droits, a rappelé, sur Europe 1, l’opposition de son institution à l’exclusion des homosexuels du don de sang, opposition déjà formulée dans un éditorial publié sur le site www.defenseursdesdroits.fr, à la veille de la Journée mondiale du sida.

Il y relevait « qu’en France, même, le don du sang demeure interdit aux hommes homosexuels du seul fait de leur orientation sexuelle et ce, quel que soit leur comportement sexuel ». Le droit communautaire, précisait-il, justifie les exclusions du don de sang des personnes présentant un risque élevé de contracter de graves maladies infectieuses « en raison du comportement sexuel » de celles-ci et « non en fonction de leur orientation sexuelle ».

Comme l’avait déjà demandé la HALDE (Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité, aujourd’hui intégrée dans l’institution Défenseur des droits) en février 2006, et comme c’est déjà le cas en Italie, en Espagne ou au Portugal et, depuis peu, en Grande-Bretagne, la France « devrait à son tour limiter les restrictions de dons aux seules personnes, hommes ou femmes, présentant un risque accru du fait exclusif de comportements sexuels à risque ».

Aujourd’hui, Dominique Baudis, l’a clairement réaffirmé : cette mise à l’écart du don est une « discrimination ». Un homosexuel « qui prend toutes les précautions nécessaires, qui a une vie stable, voire qui est abstinent sur le plan sexuel, au nom de quoi serait-il exclu du don du sang ? », demande-t-il.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
09.12.2011 à 19h53

« La vie sexuelle "stable" d'un hétérosexuel repose elle aussi uniquement sur l'interrogatoire. On connaît tous des patients hétérosexuels multipartenaire. Il faut réaffirmer une démarche clinique et Lire la suite

Répondre
 
09.12.2011 à 00h10

« Ce n'est pas tant le virus du sida qui est concerné que d'autres agents pathogènes transmissibles par le sang et encore inconnus à ce jour. Les échanges mondialisés favorisent les recombinaisons gén Lire la suite

Répondre
 
08.12.2011 à 18h40

« J'ai travaillé à l'EFS, comme médecin,et j'ai dû refuser des donneurs homosexuels, qui avaient "une sexualité parfaitement stable". Le VRAI problème réside dans le fait qu'on s'appuie sur des dires Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les médecins spécialistes de l’UMESPE menacent de dénoncer le contrat d’accès aux soins jugé « insuffisant »

L’Union nationale des médecins spécialistes confédérés (UMESPE-CSMF) s’insurge des résultats de l’enquête présentée jeudi 21 mai par... 5

Le Pr Bernard Debré (UMP) veut supprimer 10 à 15 % d’hôpitaux en France

Le Pr Bernard Debré, député UMP de Paris, s’est déclaré favorable à la réforme du temps de travail à l’hôpital. « Bien entendu, il faut... 10

Hôpital : les GHT, opportunités et pièges pour les médecins DIM Abonné

La loi de santé de Marisol Touraine refonde le rôle du département d’information médicale (DIM) et de son médecin responsable, une... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

loisirs

Festival, Voyage, Restaurant... Retrouvez tous les choix de la rédaction

Consulter