À Nancy, procès d’un gynécologue poursuivi pour viols
Brève

À Nancy, procès d’un gynécologue poursuivi pour viols

28.11.2011

Le procès de Jean-Marc Chargois, un gynécologue, accusé de viols et d’agressions sexuelles sur 22 anciennes patientes, s’est ouvert pour deux semaines devant la cour d’assises de Meurthe-et-Moselle, à Nancy. L’accusé, qui comparaît libre, nie globalement les faits. Le médecin encourt vingt ans de réclusion criminelle.

Le médecin de 57 ans, établi à Saint-Max (Meurthe-et-Moselle), dans la périphérie de Nancy, avait d’abord fait l’objet de plaintes de deux patientes, en 1996 et en 2002, restées sans suite. Une enquête avait finalement été ouverte en 2004, après que deux autres malades, qui ne se connaissaient pas, ont à nouveau dénoncé des gestes déplacés, qui ne s’inscrivaient pas dans un examen gynécologique classique. Le gynécologue avait été mis en examen et placé en détention provisoire en avril 2004, avant d’être libéré et soumis à un contrôle judiciaire un an plus tard. La révélation de l’affaire dans la presse locale avait conduit une trentaine d’anciennes patientes, toutes plutôt jeunes, à dénoncer des dérapages du gynécologue, qu’elles assimilaient à des agressions sexuelles ou des viols.

Devant les enquêteurs, le médecin avait dans un premier temps reconnu les faits, se disant « soulagé » que la situation prenne fin. Mais, quelques mois plus tard, il avait minimisé sa responsabilité, en expliquant qu’il liait les questions gynécologiques et sexuelles, et que ses accusatrices affabulaient. Il reconnaît désormais quelques « dérapages », mais nie les viols qui lui sont reprochés. Il risque vingt ans de réclusion.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
vieux

Grippe : premières leçons d'une épidémie précoce Abonné

L'arrivée précoce de la grippe a surpris les professionnels de santé et les hôpitaux. Le virus A(H3N2) circulant touche en majorité les personnes âgées. D'aucuns évoquent déjà l'épidémie de l'hiver 2014/2015 où une surmortalité record avait été observée avec un excès de 18 300 décès. Le Pr Bruno Lina estime qu'il ne s'agit pas d'une « réplique de 2014 ». De plus, la souche circulante est une... 2

Grippe : l'Ordre réclame la vaccination obligatoire des médecins

bouet voeux

Le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) est favorable à une vaccination obligatoire des praticiens contre la grippe, et plus... 89

Bilan en demi-teinte des expérimentations d'alternatives à la PACES

paces

Les alternatives à la première année commune aux études de santé (PACES) expérimentées depuis deux ans dans dix facultés ont entraîné une... 1

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes » Abonné

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes »-1

Candidat à la primaire sous les couleurs de l'Union des démocrates et écologistes (UDE), Jean-Luc Bennahmias veut désengorger les urgences... 3

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter