Liberté d’installation : la Basse-Normandie veut un débat
Brève

Liberté d’installation : la Basse-Normandie veut un débat

17.10.2011

Dans un document adopté ce lundi, le Conseil économique, social et environnemental (CESER) de Basse-Normandie estime qu’il faudrait « revisiter » le principe de la libre installation des médecins face à l’inefficacité des politiques incitatives contre les déserts médicaux.

Jugeant « la situation actuelle et surtout à venir dans un certain nombre de territoires (...) suffisamment préoccupante », le CESER met les pieds dans le plat. Et il le fait à la quasi-unanimité (le document a été voté avec seulement 6 abstentions sur 67 votants). Pour François Aubry chargé de mission au CESER, il y a nécessité de « chercher enfin courageusement les solutions », ce qui suppose « des décisions d’ordre national ».

« Malgré les efforts déployés notamment par les collectivités territoriales et par l’assurance-maladie, on n’a pas vu la situation s’améliorer grandement. Les maux dont certains territoires souffraient en termes de présence médicale il y a deux ans se sont même aggravés », constate-t-il. La Basse-Normandie fait partie des régions en queue de peloton en termes de démographie médicale, l’Orne en particulier ayant un profil « très préoccupant ».

Interrogé sur ce document, le président PS du conseil régional de Basse-Normandie, Laurent Beauvais, a estimé que le CESER avait « totalement raison ». « Jamais la liberté d’installation d’un médecin ne devrait s’opposer à la liberté d’accès au même médecin par les malades. Aujourd’hui, on marche sur la tête », a ajouté le vice-président PS de la région, Jean-Karl Deschamps.

Le CESER de Basse-Normandie est composé de 78 membres dont 25 représentent les entreprises et les activités professionnelles non salariées, 25 représentent les syndicats de salariés, 25 représentent les secteurs de la vie collective et associative ainsi que la protection de l’environnement, et 3 sont des personnalités qualifiées.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter