Le Premier ministre japonais, jadis populaire ministre de la Santé, démissionne
Brève

Le Premier ministre japonais, jadis populaire ministre de la Santé, démissionne

26.08.2011

Le tsunami continue de faire des vagues dans la politique japonaise. Le Premier ministre Naoto Kan a donné ce vendredi sa démission de la présidence du Parti démocrate du Japon (PDJ) et de son poste de Premier ministre, qu’il occupait depuis le 8 juin 2010. Depuis le séisme du 11 mars, qui a provoqué le catastrophique accident nucléaire de la centrale de Fukushima, Naoto Kan était vivement critiqué par l’opposition conservatrice, mais également au sein de son propre camp, pour ses hésitations et ses maladresses dans la gestion de la crise. La population lui avait également témoigné son désamour avec une cote de popularité tombée à 15 %.

À 64 ans, cette démission est un immense revers pour un homme qui s’était fait connaître pour ses prises de positions virulentes contre la bureaucratie et les mensonges d’État. Il acquiert ainsi sa crédibilité politique en tant que ministre de la Santé et des Affaires sociales dans le gouvernement de Ryutaro Hashimoto en 1996 lorsqu’il révèle le scandale du sang contaminé. Dès sa nomination, il lance en effet une enquête sur la connaissance qu’avait l’État des risques du sang contaminé. Si le virus du sida était identifié au Japon dans les années 1980, le gouvernement, pourtant averti dès 1983 sur la vulnérabilité des hémophiles, a attendu 1985 pour mettre en place des licences pour la production de sang traité. L’administration de la Santé, accusée par les associations de victimes d’avoir volontairement gagné du temps pour aider l’industrie pharmaceutique japonaise dans sa compétition avec les États-Unis, a néanmoins toujours nié, jusqu’à ce que les investigations engagées par Naoto Kan prouvent, irréfutablement, son tort. Le ministre de la Santé atteint ensuite le faîte de sa gloire lorsqu’il installe un dispositif de dédommagement des victimes et présente des excuses publiques aux représentants de contaminés. Son emportement à défendre la population contre l’État lui vaut même le surnom d’Ira-Kan, « Kan l’irascible ».

 C. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les dépassements rétablis à l'hôpital, une « insulte à la démocratie » selon les usagers

depassement

Le Collectif interassociatif sur la santé (CISS, usagers) s'offusque de la récente ordonnance rétablissant officiellement les dépassements... 9

Les consultations avancées de médecine générale par les hôpitaux ulcèrent la FMF

fmf

L'organisation par certains hôpitaux de consultations de médecine générale hors les murs de l'établissement, comme à Maubeuge (Nord), fait... 3

Gare au risque cardiovasculaire pendant la vague de froid, prévient la Fédération française de cardiologie

froid

Alors que la vague de froid s'étend ce mercredi à la quasi-totalité de la France, les appels à la vigilance se multiplient. La Fédération... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter