Fillon révise à la baisse ses prévisions de croissance, nuages sur la Sécu
Brève

Fillon révise à la baisse ses prévisions de croissance, nuages sur la Sécu

24.08.2011

« Notre pays ne peut pas vivre éternellement au-dessus de ses moyens. » Introduisant par ces mots le plan de rigueur du gouvernement pour combattre les déficits, le Premier ministre a donné le ton ce mercredi, enchaînant sur la révision à la baisse des prévisions de croissance du pays : en 2011 comme en 2012, la France table désormais sur une hausse du PIB de 1,75 % (contre les 2 % et 2,25 % initialement espérés).

Cet ajustement, dicté par « le réalisme » selon François Fillon, n’est pas une bonne nouvelle pour les finances de la Sécurité sociale (moins de croissance = moins de recettes). Il rend également l’ONDAM, fixé à + 2,9 % cette année et + 2,8 % en 2012, bien plus « visible » qu’auparavant.

Afin de contenir les déficits, le Premier ministre François Fillon a annoncé un train de mesures relevant d’une « politique rigoureuse », dont certaines prendront place dans le prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2012) – ce sera le cas, par exemple, du dispositif aménagé de défiscalisation des heures supplémentaires – un projet plus timide que prévu, et… moins intéressant pour les caisses de la Sécu.

Pour le reste, la mesure la plus spectaculaire du plan est la taxe « exceptionnelle » de 3 % instituée sur les revenus du travail et du capital (et donc assise sur le revenu fiscal de référence) dépassant 500 000 euros par an ; elle doit rapporter à l’État quelque 200 millions d’euros en 2012 et prendra fin lorsque le déficit public de la France rentrera dans les clous des traités européens (3 % du PIB). La nouvelle taxe se double d’une hausse des prélèvements sociaux sur les revenus du capital, qui passeront de 12,3 à 13,5 %.

La hausse des prix du tabac (+ 6 % dès 2012), de l’alcool et des boissons à sucre ajouté se profile également. Et le gouvernement inscrira dans le budget 2012 un nouveau coup de rabot de 10 % sur une série de niches fiscales.

Par ailleurs, le Premier ministre a indiqué que la réforme de la dépendance des personnes âgées était une nouvelle fois reportée, à « début 2012 », arguant que « traiter ce dossier dans le contexte économique et financier que nous connaissons aujourd’hui, dans l’urgence, ne serait pas responsable ».

 K. P.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 2

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Réforme du troisième cycle : les jeunes voient rouge, s'estimant exclus des discussions

internes

Le torchon brûle autour de la réforme du troisième cycle des études médicales. L'Intersyndicat national des internes (ISNI) et... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter