Internat : l’ANEMF redoute l’engorgement de plusieurs facultés
Brève

Internat : l’ANEMF redoute l’engorgement de plusieurs facultés

19.07.2011

Les 7 592 internes appelés à entrer en fonction en novembre seront-ils mal répartis sur le territoire national ? L’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) n’est pas loin de le penser.

L’association a passé au crible la répartition des postes d’internat par filière et par CHU, mise en ligne sur le site du Centre national de gestion (CNG). L’arrêté dont la parution au « Journal officiel » est imminente, prévoit que 3 930 internes seront formés en médecine générale soit 51,7 % des internes contre 53,1 % l’an dernier. Cette évolution vers l’équilibre entre la médecine générale et les autres spécialités est accueillie positivement.

Les postes ont par ailleurs considérablement augmenté dans les spécialités médicales (+12,6 %) et chirurgicales (+13,6 %), l’anesthésie-réanimation (+20,4 %), la gynécologie médicale (+25 %) et obstétrique (+13 %) ou encore la psychiatrie (+26,7 %).

L’ANEMF dénonce toutefois les hausses trop importantes d’internes à former dans certaines villes. Des CHU comme Aix-Marseille (+43 %), Montpellier (+46 %), Bordeaux (+29 %) ou encore l’Ile-de-France (+27 %) risquent d’être engorgés. « Nous sommes en droit de nous demander si ces augmentations de postes sont corrélées avec une augmentation des capacités de formation dans ces villes et si les conditions d’accueil seront acceptables dans les services », souligne l’ANEMF.

Au contraire, des villes comme Nantes (-12,8 %), Amiens (-10 %) ou Dijon (-8 %) vont connaître une chute de leur effectif en formation.

Les étudiants en médecine sont sceptiques sur la répartition pluriannuelle qui n’a pas permis, selon eux, « un étalement régulier et pertinent des postes à pourvoir sur 5 ans ». L’ANEMF demande une répartition plus équilibrée d’une année sur l’autre, « seul moyen pour les UFR de mettre en place des stratégies d’accueil sur le long terme et d’offrir des formations de qualité à nos internes ».

 CH. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

C à 25 euros : les médecins de Romillé encourent 6 mois de non-prise en charge de leurs cotisations sociales

Romillé

Quatre médecins contestataires de Romillé (Ille-et-Vilaine), qui cotent le C à 25 euros depuis février 2016, ont été entendus hier... 25

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Les gastro-entérologues veulent sensibiliser les Français à la prévention des cancers digestifs

gastro

À l'occasion des Journées francophones d’hépatogastroentérologie et d’oncologie digestive (JFHOD), la Société nationale française de gastro-... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter