E. Coli : le mystère demeure
Brève

E. Coli : le mystère demeure

06.06.2011

« La preuve définitive n’a pas encore été apportée. » Cette fois, les autorités allemandes sont prudentes. Après le concombre espagnol finalement innocenté, les soupçons se portent désormais sur des graines germées utilisées pour les salades, comme vecteur de la transmission de l’infection à Escherichia, qui, selon le dernier bilan de l’Institut Robert-Koch, a touché 1 600 personnes en Allemagne, dont 603 ont développé un syndrome hémorragique et urémique (SHU), avec au moins 15 décès confirmés. Toutes les régions allemandes sont touchées mais le nord du pays reste le plus affecté, 66 % des cas résidant dans les cinq régions du nord de l’Allemagne (Hambourg, Schleswig-Holstein, Bremen, Mecklenburg-Vorpommern et Basse-Saxe).

Les graines suspectées sont produites par une ferme bio de Basse-Saxe qui travaille avec d’autres pays européens et d’Extrême-Orient. Dimanche, le ministre de l’Agriculture du Land, Gert Lindemann, déclarait, lors d’une conférence de presse : « Les présomptions sont si fortes que nous devons recommander aux consommateurs de renoncer pour l’instant à la consommation de graines germées. » Mais les premières analyses, sur 23 des 40 échantillons prélevés, se sont révélées négatives.

L’Institut Robert-Koch, qui a réalisé une étude cas-témoins auprès des patients infectés par E. coli O104 : H4, un sérogroupe très rare, rappelle que l’enquête sur les habitudes alimentaires avait inclus la recherche de graines germées mais que seulement une faible proportion de patients en avait consommé. Une nouvelle étude cas-témoins a été lancée.

Devant l’ampleur et la gravité de l’épidémie, les néphrologues allemands utilisent depuis une dizaine de jours un traitement hors AMM pour la prise en charge des patients atteints de SHU. L’éculizumab (Soliris, des Laboratoires Alexion) bénéficie d’une AMM européenne depuis juin 2007 pour le traitement des patients atteints d’hémoglobinurie paroxystique nocturne. Dans un communiqué, l’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) publie le protocole allemand en soulignant que « les patients éligibles sont des patients avec diagnostic avéré de SHU à shiga + avec atteinte neurologique (facteur de mauvais pronostic) » et rappelle que le médicament est « réservé au milieu hospitalier sous la surveillance d’un médecin ayant l’expérience de la prise en charge des patients atteints de troubles hématologiques/néphrologiques ».

> Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 1

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 5

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter